Atelier de présentation du rapport provisoire du code de la marine marchande

Cet évènement  marque une étape décisive dans le processus d’élaboration du nouveau code de la marine marchande initié par le département des transports et la direction nationale de la marine marchande conduit grâce à un appui technique et financier de la Banque Mondiale à travers le programme d’appui à la gouvernance dans le secteur minier (PAGSEM).

C’est dans ce cadre que c’est ouvert un atelier  ce mercredi 20 décembre 2017 dans un complexe hôtelier de la place.

Pour le directeur national de la marine marchande, M. Cellou Diallo, la première étape de ce travail consiste à l’examen du rapport diagnostic du code actuel afin d’identifier les insuffisances susceptibles d’être corrigées  et prises en compte dans le nouveau code. Il s’agit notamment de  nouvelles activités non encore règlementées, des questions de sureté et de sécurité portuaires, d’environnement marin et de lutte contre la pollution  marine. Cet atelier qui nous réunit va permettre à toutes les structures  dont les missions et attributions ont un lien avec le secteur maritime et portuaire de formuler des observations et recommandations aux consultants afin que les préoccupations  des uns et des autres soient prises en compte dans le rapport final.

Plus loin, M. Diallo  remerciera toutes les institutions qui ont bien voulu designer des participants pour prendre part à cet atelier.

Ce document qui sera examiné durant ces trois jours de travaux comprend 1014 articles subdivisés en 12 livres. A l’issue de ces travaux, nous espérons disposer d’un rapport final qui, une fois validé, sera transmis à l’assemblée nationale pour les procédures de vote et d’adoption selon Cellou Diallo.

Le chef de cabinet, M. Dia Mamadou, représentant Monsieur le ministre d’Etat aux transports à cet atelier dira : << vous l’avez relevé dans un de vos passages tout à l’heure, l’importance particulière que le ministre d’Etat attache au secteur maritime et portuaire en raison du rôle vital qu’il joue dans l’économie de notre pays. C’est d’ailleurs pourquoi, le président de la république, le Professeur Alpha Condé et son gouvernement, sont attentifs à toutes les mutations qui s’y opèrent, qu’il s’agisse de l’amélioration du cadre législatif et règlementaire, de la réhabilitation ou de la construction d’infrastructures ou encore du renforcement des capacités du secteur. C’est donc en toute logique que je vienne apporter le soutien et les encouragements du gouvernement au moment où vous entamez vos travaux pour l’examen du rapport provisoire du code de la Marine Marchande>>.


Parlant des défis, M. Dia dira : <<qu’ils sont multiples et variés tant au plan national,  l’encadrement et l’accompagnement des opérations privées impliqués dans la construction et l’exploitation d’infrastructures portuaires où le rôle de l’Etat revêt un double  caractère, notamment offrir au secteur privé un cadre suffisamment incitatif pour le développement et la rentabilisation des investissements, tout en s’assurant du respect des normes de sureté et de sécurité, de protection de l’environnement et de la création d’emplois ;

Et au plan régional et international, il s’agit d’intégrer dans le code en cours d’élaboration les dispositions pertinentes du Code Régional de l’OMAOC et les Conventions Maritimes Internationales>>.

Plus loin, le chef de cabinet, soulignera que : << l’autre défi non moins important réside dans l’articulation de notre future Code avec les lois et  règlements en vigueur et relatifs à d’autres secteurs. Nous devons faire en sorte que notre Code soit un outil complémentaire au service de l’ensemble de notre Administration et non une source de blocage au bon déroulement des missions assignées aux uns et aux autres par le gouvernement>>.

Pour finir le représentant du ministre a invité tous les participants à se pencher sur tous les aspects abordés dans le document et à formuler des recommandations pertinentes en vue de leur prise en compte dans la version finale. Quant à la Banque Mondiale à travers son programme d’appui à la gouvernance dans le secteur minier (PAGSEM), je la renouvelle ma profonde gratitude pour l’appui remarquable qu’elle apporte au secteur des transports de notre pays. C’est sur ces mots que le chef de cabinet a déclaré ouvert les travaux de cet atelier.

Il faut souligner que cet atelier se tiendra du 20 au 23 décembre 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *