Economie

Perception de corruption 2014 – La Guinée 35ème sur 47 pays en Afrique. Réaction de l’AGT

0 302

Ce 03 décembre 2014, Transparency International a publié son Indice annuel de Perception de la Corruption (IPC 2014), indicateur de la perception qu’ont les milieux d’affaires et les experts nationaux du niveau de corruption dans le secteur public de différents pays du monde. 

Avec une note de 25/100 (0 = très corrompu et 100 = très intègre), la Guinée occupe le rang de 145/174 (29ème) dans le monde, de 35/47 (12ème) en Afrique et le 2/16 en Afrique de l’ouest. En 2013, elle était 150/175 (25ème) dans le monde, 37/48 (11ème) en Afrique.

Combattant pour que la Guinée soit un pays de tolérance zéro contre la corruption attractif, sécurisant  pour les investisseurs et dont les biens sont gérés au profit de tous les citoyens dans un cadre de bonne gouvernance participative, l’AGT :

 

 

  • Demande au  Président de la République de faire respecter l’article 36 de la Constitution sur la déclaration des biens  et de prendre les mesures urgentes pour la mise en place de la Cour des Comptes; 
  • Encourage le Président de la République à renforcer la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption par la création d’un département ministériel dédié à cet effet et chargé de mettre fin à la multiplicité et/ou dualité des organes de lutte contre la corruption en clarifiant leurs domaines de compétence respectifs ;
  • Demande au Président de la République de faire l’état d’avancement des audits publiés, de réaliser l’audit  de la gestion gouvernementale de 2010 à maintenant  et d’établir la responsabilité et la redevabilité de ceux qui ont signé des conventions minières défavorables aux intérêts de la Guinée;
  • Invite l’Assemblée Nationale à inscrire, parmi ses priorités, l’élaboration et l’adoption de la Loi Organique sur la Cour Constitutionnelle prévoyant les sanctions à l’encontre de ceux qui violent l’article 36 de la Constitution ;
  • Demande au gouvernement et à l’assemblée nationale la présentation et l’adoption d’une loi anti – corruption ;
  • Invite le gouvernement à l’élaboration et à l’adoption des textes d’application du code des marchés publics ;
  • Appelle toutes les composantes de la société civile à se mobiliser pour accroitre le contrôle citoyen sur les actes de ceux qui nous gouvernent.

 

Combattons la corruption car, ne rien faire, c’est laisser faire

 

Pour l’AGT, le Président

 

Mamadou Taran Diallo

 

About the author / 

Ibrahima N'diaye

Journaliste d'investigation Mines-Environnement -Economie-Energie

Aller à la barre d’outils