COMMUNIQUE DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE : LE GOUVERNEMENT A PIED D’ŒUVRE POUR UNE LUTTE SANS COMPLAISANCE CONTRE LE TRAFIC D’ETRES HUMAINS

Conakry, le 14 Juillet 2017 – Le Ministère de la Justice en collaboration avec le Ministère de l’Action Sociale de la Promotion  Féminine et de l’Enfance informent de la tenue d’une réunion avec la participation de Monsieur le Conseiller Politique de l’Ambassade des Etats Unies, du Comité National de lutte contre la Traite des Etres Humains ainsi que l’ONG Sabou-Guinée, ce mercredi 12 juillet 2017, au Ministère de la Justice-Chancellerie.

Cette réunion a eu pour objet d’apporter des éclaircissements sur le récent classement dans la lutte contre le fléau que constitue la traite des Etres humains.

Après un rappel des activités du Comité Exécutif de Lutte contre la Traite des Etres Humains, le Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Cheick Sako, a donné des précisions sur l’état des procédures pendantes devant les juridictions de: Kaloum, Mafanco, Dixinn, Kindia, Boké, Labé, et Koundara totalisant cinquante-cinq (55) affaires, et  il a mis l’accent sur  les instructions données au parquet General quant à la nécessité de la sévérité contre les auteurs.

Il a, en outre, rappelé aux partenaires, la ferme volonté du Gouvernement de la République de Guinée de lutter sans complaisance pour endiguer ce fléau.

Pour sa part, la Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion  Féminine et de l’Enfance a posé la problématique de l’éradication  progressive de la traite des êtres humains. Après avoir exprimé son regret sur la rétrogradation au troisième rang  de la République de Guinée, la Ministre Sanaba Kaba a néanmoins admis que ce classement doit davantage attirer l’attention du Gouvernement en vue d’atteindre le résultat fixé.

Le Conseiller politique de l’Ambassade des Etats-Unis, Régis Prévot, pour sa part, a levé l’équivoque  suite à diverses interprétations et la mauvaise lecture du rapport rétrogradant la Guinée.  Il a rappelé que cette rétrogradation est dûe essentiellement à deux facteurs dont entre autres la non-conformité des peines aux délits de traite et du fait que la Guinée est restée plus de trois ans sans progression dans la catégorie 2 du classement mais aussi le manque de visibilités des activités et des actions posées dans le cadre de la lutte contre la traitre des êtres humains par le comité de lutte contre ce fléau.

 

Cheick Sako

Ministre de la Justice, Garde des Sceaux

Proposé par Amara Condé 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *