Politique, Societe

Amina Mohamed : « Je recherche le consensus »

53

« Je suis une négociatrice coriace, mais juste. J’aime particulièrement établir un consensus, constituer une équipe et mettre l’accent sur l’objectif commun pour parvenir au meilleur résultat. » – Ambassadrice Amina Mohamed, candidate à la présidence de l’UA.

Dans des entretiens publiés dans les magazines New African et African BusinessAmbassadrice Dr Amina Mohamed explique pourquoi elle est une bonne candidate au poste de présidente de l’Union africaine, en vue des élections qui se tiendront au sommet de l’UA à la fin du mois de janvier.

Ambassadrice Mohamed, ministre des Affaires étrangères du Kenya, estime que son parcours la met en bonne position pour exercer la fonction de présidente de l’Union africaine. Son expérience en tant que négociatrice en chef au plus haut niveau, que ce soit à l’OMC, où elle a négocié des accords douaniers et de commerce, ainsi qu’au Programme des Nations unies pour l’environnement, a montré qu’elle pouvait parvenir à une position mutuellement bénéfique à partir d’intérêts différents, et créer un consensus profitant à la majorité.

Elle se considère comme « une panafricaniste enthousiaste » défendant toujours les intérêts de l’Afrique sur la scène internationale, parfois seule. En plus d’établir un consensus – la première étape de toute discussion –, elle estime que sa force réside dans sa capacité à mettre les plans en œuvre. Elle va se concentrer sur l’action, insiste-t-elle, afin que l’UA réponde aux attentes des peuples africains. « Nous avons besoin de mettre en œuvre des initiatives plutôt que de nous contenter de faire des déclarations. Ma devise sera : agir, agir, agir ». Elle s’efforcera de faire mieux avec les ressources actuelles. Pour que les réformes de l’UA donnent des résultats positifs, « il faut faire participer tout le monde. C’est pourquoi il est essentiel à ce poste de savoir parvenir au consensus ».

En forgeant des partenariats équitables pour la réalisation de l’Agenda 2063 – la feuille de route ambitieuse de l’Afrique pour un développement socio-économique durable – Amina Mohamed explique qu’il est nécessaire de changer de stratégie afin de surmonter quelques-uns des défis les plus complexes auxquels est confrontée l’Afrique.

Amb. Mohamed a reçu l’appui de plusieurs dirigeants du secteur privé, notamment James Mwangi, PDG d’Equity Bank, et Josphat Mwaura, PDG et associé de KPMG au Kenya. Ils demandent que l’UA adopte une approche plus orientée vers le secteur privé – une idée qu’a défendue Amina Mohamed dans son manifeste et ses déclarations. Elle est également soutenue par de jeunes leaders, comme Mariéme Jamme, chef d’entreprise technologique, militante et Young Global Leader du Forum économique mondial, pour sa lutte en faveur des jeunes filles et des femmes.

Les autres candidats à la présidence de la Commission de l’Union africaine sont :  Pelonomi Venson-Moitoi du Botswana, Moussa Faki Mahamat du Tchad, Agapito Mba Mokuy de Guinée équatoriale et Abdoulaye Bathily du Sénégal.

About the author / 

Abdoulaye NDiaye

Aller à la barre d’outils