Societe

DISCOURS DU MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE, DE L’EMPLOI ET DU TRAVAIL A L’OCCASION DU LANCEMENT DU MOIS DE LA PREVENTION

19

Conakry, le 31 Mars 2017

 

Mesdames et Messieurs,

L’Afrique et le monde consacrent,le mois d’avril de chaque année,  auxcampagnes d’éducation, d’informations et de sensibilisation  aux risques professionnels.

En effet, les accidents de travail et les  maladies professionnelles font chaque année en Afrique subsaharienne des milliers de victimes. Ces victimes si elles n’ont pas perdu la vie, sont parfois frappées d’incapacité temporaire de travail, ou doivent s’absenter  de leurs lieux de travail pour recevoir des soins ; un certain nombre d’entre elles ne pourront jamais exercer  ou reprendre leurs activités pour subvenir elles mêmes à leurs besoins fondamentaux. Toutes ces situations entrainent des pénibles épreuves morales et financières  exposant  les familles à la prise en charge des prestations catastrophiques.

Au cours de ce siècle, des progrès ont été accomplis dans de nombreux pays et des conditions de travail se sont considérablement améliorées dans certaines parties du monde, grâce à l’application d’un corpus d’instruments juridiques de l’OIT relatifs à la sécurité et santé au travail.

En Afrique, l’Interafricaine de Prévention des Risques Professionnels (IAPRP) s’est investie à travers des actions africaines intégrées pour mieux prévenir les risques au niveau régional.

Cependant, des problèmes persistent encore  et l’on s’accorde à dire qu’une action soutenue et coordonnée est requise aux niveaux national, régional et international pour renforcer les mécanismes d’améliorations des systèmes nationaux de Santé et Sécurité au Travail.

Cette année, la 21ème journée Africaine de la Prévention des Risques Professionnels ayant pour thème « EVALUATION DES RISQUES PROFETIONNELS, GAGE D’UNE MODERNISATON DES OUTILS DE GESTION DE LA SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL » suivi de son sous-thème ‘’Relations entre les entreprises utilisatrices et les entreprises sous-traitantes en matière de Santé et Sécurité au Travail ‘’ coïncide avec la 15èmeJournée Mondiale de la Santé et Sécurité au Travail dont le thème se rapporte à :

« OPTIMISER LA COLLECTE ET L’UTILISATION DES DONNEES SUR LA SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL »  avec pour sous-thème :’’Observatoires nationaux, facteurs de performances des systèmes de collecte des données en Santé et Sécurité au Travail’’.

L’Inter Africaine de la prévention des risques professionnels  à travers le thème qu’elle propose invite les Etats Africains à des réflexions nationales  pour la modernisation des systèmes de gestion de Santé et Sécurité au Travail permettant une évaluation  des risques professionnels grâce à des outils de gestion efficaces.

Aussi, la relation entre les entreprises utilisatrices et les entreprises sous-traitantes doit être revue car les sous-traitants sont exposés à des risques  environnementaux et à des normes peu élevées en matière de Sécurité et Santé au Travail.

La communauté internationale voudrait, à travers le thème qu’elle nous propose , inviter les Etats à la collecte et à l’analyse des informations disponibles en ce qui concerne les risques au Travail en vue de mettre en place  une stratégie appropriée pour promouvoir des produits d’information relatifs à la santé et sécurité au travail. .La mise en place au niveau national d’observatoire favorisant un suivi régulier à travers une synergie d’action des différents acteurs impliqués dans la gestion de la Santé et Sécurité au Travail pour l’établissement des statistiques fiables permettant aux décideurs d’évaluer l’ampleur du phénomène et de  prendre les mesures qui s’imposent.

En Guinée, le Code du Travail fixe les mesures générales de protection et de salubrité applicable à tous les établissements des secteurs privés et publics.

Le gouvernement Guinéen sous la  conduite éclairée du Professeur Alpha CONDE , Président de la République, Chef de l’Etat,  a élaboré un document de politique de protection sociale dont l’objectif général est de : «Bâtir progressivement un système de protection sociale (1) qui protège les citoyens et résidents de la République en général et les groupes vulnérables et/ou pauvres en particulier, contre les risques sociaux et économiques., et (2) qui renforce leurs capacités économiques et leur capital humain,  afin de briser le cycle de la pauvreté, de développer leurs propres résiliences et de prévenir des périodes de pauvreté future. »

Je garde l’espoir que ce mois de sensibilisation et d’information impactera  positivement le comportement de chaque travailleur pour  le bien être et la qualité de vie  au travail en Guinée.

Je vous remercie.

La Cellule de Communication du Gouvernement

About the author / 

Ibrahima N'diaye

Journaliste d'investigation Mines-Environnement -Economie-Energie

PUB

Qui est en ligne ?

Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site
Aller à la barre d’outils