Etats généraux de la sécurité routière : le ministre Oyé Guilavogui engage des réformes

Pendant quatre jours du 6 au 10 novembre, des cadres des départements des transports et de la sécurité, des experts étaient en concertation pour élaborer des solutions liés aux problèmes routiers en Guinée. Devant le chef de l’Etat, le ministre d’Etat aux transports, Oyé Guilavogui a peint le tableau sur la situation routière dans notre pays.

Dans son discours, il a salué des « échanges fructueux » entre participants lors de cette rencontre. Pour lui, l’implication de toutes les forces vives du pays est indispensable. « Les résultats auxquels vous avez abouti n’ont occulté aucun aspect, et ceci nous interpelle tous à apporter une réponse globale à la problématique de la sécurité routière. Par conséquent, l’implication de tous  les acteurs est vivement recommandée, notamment : Les Pouvoirs Publics, la Société Civile, les organisations Socio-professionnelles des transporteurs (Syndicats et Unions), les collectivités locales, les ONG sans oublier les médias et les religieux, pour le bien être des usagers de la route », a-t-il.

Lors des travaux, les experts ont fait état notamment  de l’absence d’un Code de la Route ;  la prolifération informelle des autos écoles et les mauvaises qualités de formations ; le manque d’un Bulletin d’Analyse des Accidents Corporels (BAAC) permettant de tenir des statistiques fiables et de déceler leurs causes ;  la faiblesse dans la délivrance des titres de transports et la mauvaise qualité desdits titres ;  l’inexistence d’un cadre de concertation au niveau des structures concernées par les problèmes de sécurité routière et l’absence de visites techniques.

Pour répondre à ces problèmes cités ci-haut, M. Guilavogui affirme qu’avec d’ici la fin de l’année, son département et celui de la sécurité vont s’atteler à faire adopter par le Gouvernement  le nouveau code de route déjà élaboré par les Ministères des Transports et de la Sécurité avec l’Assistance Technique de l’UE-PAST ; à mettre en place un observatoire de sécurité routière pour combler le manque de cadre de concertation entre les structures concernées, qui permettra de moderniser et de relancer le Bulletin BAAC sous la forme numérique ; à la révision du cahier de charge pour l’ouverture et l’exploitation des autos ; à Mettre en œuvre  un système intégré de gestion informatisé et sécurisé de tous les titres de transports (Cartes grises, Permis de conduire, Cartes d’autorisation de transport etc…)

Pour conclure, il a remercié le président de la République pour son appui à la signature du décret portant réglementation des contrôles techniques périodiques obligatoires en Guinée. « Pour la mise en œuvre de ce décret, mes services techniques sont déjà à pied d’œuvre pour la préparation des textes d’application et la rédaction d’un nouveau cahier de charges relatif à l’installation et à l’exploitation des centres de visite technique à Conakry et à l’intérieur du pays et ce dans les meilleurs délais », conclu-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *