Boke: SFCG donne le coup d’envoi de la tribune d’expression population à Tanene

L’ONG Saerch  For Common Grouand (SFCG) a entamé le vendredi 20 Juillet  la première étape de son projet « Boke Hery » pour  renforcer le dialogue et réduire les conflits entre les compagnies minières, autorités et communautés locales de Boke et Boffa.

Cette rencontre dénommée « tribune d’expression populaire » s’est ténue à la maison des jeunes de Tanene,  en présence des autorités locales , des membres du comité de concertation dans les localités minières (CCLM) et d’une cinquante de participants issues des communautés riveraines des différents projets miniers.
Après le discours de bienvenue des autorités locales, Mohamed Doumbouyah, agent de terrain de SFCG à Boke, a brièvement expliqué le rôle des CCLM , qui est un interface entre les autres acteurs et les sociétés minières. « Nous sommes là aujourd’hui pour échanger avec vous. Recueillir vos préoccupations en vue d’envisager des pistes de solutions .Et d’ajouter que cette  rencontre est une tribune d’expression pour appuyer les CCLM.
A tour de rôle et sans langues de bois, certains participants ont exprimé leurs difficultés face à la présence des sociétés minières dans leurs localités respectives.
Selon Daouda Diaby, président du district de kaboye, les sociétés minières impactent négativement et positivement les communautés. Comme impact négatif, il a cité la destruction de l’environnement et le manque d’emploi des jeunes. Mais pour lui , l’appui aux femmes pour la saponification , la construction des services sociaux de base et des compensation des communautés, constituent un apport positif des sociétés , aux populations locales de Bokė. Ce débat fructueux a  permis aux uns et aux autres  de s’exprimer sur  les contraintes et les défis qui interpellent tous les acteurs.
Désormais les maux dont souffrent les communautés sont connues à Tanene. A savoir la destruction de l’environnement, et le manque d’emploi des jeunes. C’est pourquoi comme piste de solutions, le sous- préfet adjoint , Seny Sampou, souhaite que ce genre de rencontre soit multipliée,  avant de promettre de  préparer  un cahier de  plaidoyer à adresser aux sociétés pour faire face aux contraintes soulevées ici par  des communautés. Pour cela, il a invité tous les acteurs à collaborer avec les membres du  CCLM pour la résolution des différents conflits.
Pour  M. Alseny Camara , Président du CCLM de la préfecture de Boke, cette rencontre  pourrait consolider la paix et la cohésion sociale entre tous les acteurs
.
A rappeler que cette activité est réalisée par SFCG avec le soutien  de la GIZ, financé par le ministère allemand de la coopération.
La commune rurale de kolaboui sera la deuxième étape de cette mission.