Boke: SFCG organise une tribune d’expression populaire à Malapouya.

L’ ONG Search For Comon Ground (SFCG), poursuit l’organisation d’un cadre de concertation, dénommée tribune d’expression populaire qui regroupe les principaux acteurs du développement évoluant dans la préfecture de Boke, située à environ 300km de la capitale Conakry.  Après Tanene, kolaboui et Dabiss, c’était le tour des populations de la sous – préfecture  de  Malapouya de se retrouver  ce lundi 23 Juillet , au tour d’une même table  pour  débattre des problèmes qui  assaillent le développement de leur localité fortement impactée par l’exploitation minière. Une manière pour SFCG d’appuyer le CCLM dans sa mission de prévention des conflits, comme le dit ici Mohammed Doumbouya, agent de terrain de SFCG à Boke.
 « Ce projet est un appui aux   CCLM (Comité de concertation dans les localités minières), qui sont installés dans toutes les localités minières  de la  Guinée .Cela  poursuit – il , pour permettre aux  communautés  d’exprimer leurs préoccupations , et de mieux collaborer avec  le CCLM en vue de  privilégier le dialogue et  de prévenir les conflits  >>. La présence des sociétés minières dans de nombreuses localités provoque des remous sociaux . C’est pourquoi M.Doumbouya estime qu’il est mieux de dialoguer pour trouver des solutions et non en faisant la violence. Il s’est servi des exemples de Zogota, en Guinée Forestière,  où plusieurs dégâts ont été enregistrés  pendant les manifestations. <<Nous  sommes témoins de beaucoup de faits que ses sociétés ont causé en  Afrique. C’est le cas du  Nigeria avec son pétrole, Zogota en Guinée forestière etc . Donc <<nous devons tous œuvrer pour préserver la paix sans laquelle aucun développement n’est possible>>. Nous apprend Mohamed Doumbouya, en langues du terroir.
 Prenant la parole  Kourouma Sidiki , Sous-préfet de Malapouya, a salué ce projet de SFCG et s’est engagé à l’accompagner . »Nous sommes très fiers de search, car  à travers elle  beaucoup de nos problèmes aujourd’hui   sont connus . Nous  prenons bonne notes des renseignements obtenus au cours de  cette tribune d’expression populaire et nous sommes disposés à poursuivre le dialogue en vue d’un dénouement heureux des différentes crises que traverse notre localité >>. Un à un , certains participants ont évoqué les causes de leurs frustrations qui sont souvent sources de conflits à Malapouya.Il s’agit du manque d’emploi, la destruction du couvert végétal, la pollution des eaux et des cultures, etc…
<< Nous sommes contents de l’arrivée de cette mission.  C’est pourquoi nous vous demandons de nous aider à nous rétablir dans   nos droits au près des  sociétés minières qui évoluent chez nous ici. Nous n’avons ni eau, ni emploi. Nous cours d’eau sont menacés de disparition et nous routes sont totalement défoncées par l’effet des gros camions.>>. A  martelé Mamoudou Kalissa, un des jeunes  visiblement remonté contre les sociétés minières évoluant dans sa localité.
 Cette activité est réalisé grâce au financement du Ministère Fédéral Allemand pour  la coopération économique et le développement avec le soutien de la GIZ.