Economie : Karatbars séduit par les potentialités aurifères de la Guinée

Les représentants de la Banque croate ont posé leur valise à Conakry. Objectif, chercher des voies et moyens pour s’implanter en Guinée. Dans cette première phase, la banque tâte le terrain pour évaluer les potentialités d’investissement dans le pays.

« Nous sommes ici d’abord pour nous présenter aux autorités, aux investisseurs. Montrer aux Guinéens de ce qu’on peut accomplir ensemble« , a dit en substance Pierre Harouna Staneck, directeur développement stratégique du groupe en Afrique.

La rencontre de présentation du consortium bancaire s’est déroulée samedi 10 novembre dans la salle réunion d’un hôtel huppé de la capitale. Josip Heit, président du Conseil d’administration du groupe a expliqué que la Guinée et la Croatie, son pays d’origine ont de similarité sur les questions minières. Les deux pays n’ont pas les infrastructures nécessaires pour la transformation des ressources minières.

« La Guinée et la Croatie sont dans la même situation : deux pays très riches. On a commencé à développer quelques choses en Croatie qu’on peut facilement adapter en Guinée. Ce qui permet à de nombreuses compagnies de faire de transactions pour limiter les difficultés des banques traditionnelles« , a dit M. Heit. Selon lui, pour réaliser des affaires, les investisseurs ont besoin des banques pour demander par exemple de crédits, ce qui rend des difficultés pour les petites et moyennes entreprises telles que les petites startups.

« Notre groupe permet à avoir l’accès aux valeurs d’un kilo d’or. Un kilo d’or restera toujours un kilo d’or. Cee, contrairement à l’argent papier n’est pas sujet de l’inflation« , a-t-il expliqué.

Pourquoi la Guinée ?

La particularité de Karatbars est son fonctionnement. Elle opère par la compensation, pas besoin d’intermédiation, à l’en croire Josip Heit. L’illustration est faite. « Nous avons par exemple des clients qui ont des différents besoins. Nous les mettons en relation avec une mine aurifère de la Guinée. Donc, ils n’auront pas besoin de s’endetter. Et tout le monde y gagne, ça crée de l’emploi et tout le monde en profite. Nous pouvons mettre de la valeur à ces matières alors qu’elles sont dans le sol« , a souligné M. Heit.

540 000 clients dans plusieurs pays.

Karatbars est présent en Roumanie, en Croatie, aux Etats-Unis (Miami), en Hongrie, en Allemagne. L’idée étant de donner de la valeur à ce qui existe, le groupe a acquis une mine à Madagascar dont elle contient d’1,2 milliard de réserves d’or. « Nous pouvons de la valeur à ces matières alors qu’elles sont dans le sol. Le système Gold Standard est présent dans 120 pays.

Ibrahima N’diaye