All for Joomla All for Webmasters
August 19, 2019
You can use WP menu builder to build menus

PNUD Tuvalu / Aurélia Rusek
Le pays insulaire de faible altitude, Tuvalu, dans l’océan Pacifique, est particulièrement sensible à l’élévation du niveau de la mer due au changement climatique.
15 mai 2019

Le Secrétaire général des Nations Unies a poursuivi sa tournée dans les îles du Pacifique mercredi et salué le rôle exemplaire joué par la région dans la lutte contre le changement climatique.

« Les États insulaires du Pacifique ont l’autorité morale de dire au monde que le changement climatique doit être inversé, car les États insulaires du Pacifique donnent l’exemple », a déclaré António Guterres à l’issue du Forum politique de haut niveau des îles du Pacifique, à Suva, aux Fidji.

« Malgré toutes les difficultés – le manque de ressources, l’isolement, les distances – la vérité est que les États insulaires du Pacifique non seulement renforcent leur résilience et investissent dans l’adaptation pour protéger leurs citoyens, leurs communautés et leur culture afin de protéger leur environnement, mais ils se fixent des objectifs très ambitieux en termes d’atténuation », a salué M. Guterres.

Photo ONU / Mark Garten
Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’adresse au Forum des îles du Pacifique aux Fidji le 15 mai 2019.

Une région en première ligne de la lutte contre le changement climatique

Pour le chef de l’ONU, les îles du Pacifique sont « en première ligne » de la lutte contre le changement climatique. Elles subissent notamment l’élévation du niveau de la mer, qui est jusqu’à quatre fois plus élevée que dans d’autres parties du monde, menaçant l’existence même de nombreux États insulaires.

« Les dégâts causés récemment par les cyclones tropicaux Gita, Josie et Keni, les éruptions volcaniques et les tremblements de terre dans la région, ainsi que d’autres phénomènes météorologiques extrêmes, nous donnent de nombreuses preuves de leur vulnérabilité », a déclaré António Guterres. « Le changement climatique va aggraver encore ces risques ».

C’est « un danger pour la paix et la sécurité internationale » qui s’étend au-delà de la région, a-t-il ajouté, soulignant que les stratèges militaires voient clairement comment l’impact du changement climatique va accroître les tensions sur les ressources et les mouvements massifs de personnes à travers le monde.

« Les côtes devenant inhabitables, les gens chercheront la sécurité et la possibilité d’avoir une vie meilleure ailleurs », a-t-il prédit. En 2016, plus de 24 millions de personnes dans 118 pays ont été déplacées par des catastrophes naturelles, soit trois fois plus que celles déplacées par des conflits.

Plus grave encore, le chef de l’ONU a averti que si le réchauffement atteignait 2 degrés Celsius ou plus, ce serait une catastrophe à la fois sur terre et en mer, pour les animaux et les hommes. La sécurité alimentaire diminuerait et la croissance économique en souffrirait.

Pourtant, les émissions de carbone atteignent des niveaux records et ne semblent pas près d’atteindre leur pic.

Les océans se réchauffent et deviennent plus acides.

No Comments