All for Joomla All for Webmasters
September 19, 2019
You can use WP menu builder to build menus

COMMUNIQUE DE PRESSE: Le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) et la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) renforcent leur coopération pour autonomiser les femmes engagées dans la consolidation de la paix dans la région

Mai 17, 2019 0
Plus de 30 participants représentant onze pays de la région ont été formés à l’analyse des conflits, à la médiation et aux dimensions genre des conflits
ACCRA, Ghana, 17 mai 2019/ — Le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) et la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), en partenariat avec l’École des cadres du système des Nations Unies (UNSSC), le Réseau de l’Afrique de l’Ouest pour la consolidation de la paix ( WANEP) et le Centre International Kofi Annan de Formation au Maintien de la Paix  (KAIPTC) ont organisé, du 13 au 17 mai 2019 dans les locaux du KAIPTC à Accra, un atelier de formation des formateurs.

Le commandant adjoint du KAIPTC, le Brigadier général Irvine Nii-Ayitey Aryeetey, a ouvert la cérémonie de clôture. Parmi les invités de marque, nous pouvons citer Mme Freda Prempeh, Vice-ministre du Ghana, chargée de la problématique genre, de la protection sociale et de la protection de la femme ; M. Pingrenoma Zagre, Ambassadeur du Burkina Faso au Ghana ; M. Ron Strikker, Ambassadeur du Royaume des Pays-Bas au Ghana. Les missions diplomatiques du Mali et du Canada étaient également représentées.

L’atelier découle d’un engagement fort de la CEDEAO et d’UNOWAS à renforcer l’autonomisation des femmes engagées dans la consolidation de la paix en Afrique de l’Ouest et au Sahel.

Plus de 30 participants représentant onze pays de la région ont été formés à l’analyse des conflits, à la médiation et aux dimensions genre des conflits, avec comme documents de base, le Cadre de prévention des conflits de la CEDEAO et le Manuel d’analyse des conflits d’UNOWAS.

Au cours de la formation, les participants ont été outillés de compétences nécessaires pour former les femmes concernées à l’analyse et à la prévention des conflits dans leur pays et leur communauté.

Afin de maximiser l’impact de ces efforts, la CEDEAO et l’UNOWAS ont convenu de renforcer les liens entre les initiatives de paix régionales, nationales et locales en capitalisant sur les structures institutionnelles existantes, y compris les bureaux d’alerte précoce et de représentation spéciale de la CEDEAO et du groupe de travail régional Femmes, Jeunes, Paix et Sécurité.

« Aujourd’hui, l’Afrique de l’Ouest connaît un élan positif en termes de sensibilisation à la promotion du leadership des femmes et de leur participation au maintien de la paix. Sans l’inclusion des femmes, la paix n’est pas durable. Nous devons redoubler d’efforts pour soutenir le renforcement des capacités et la formation professionnelle des femmes. UNOWAS est déterminé à travailler avec la CEDEAO pour atteindre cet objectif important », a déclaré le Représentant spécial des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohamed Ibn Chambas, lors de la cérémonie de clôture.

Pour sa part, Mme Onyinye Onwuka, représentante de la CEDEAO, chef de la Division des affaires politiques et de la coopération internationale, a souligné que « l’atelier régional de formation des formateurs coïncidait avec le 10èmeanniversaire du cadre novateur de prévention des conflits de la CEDEAO (ECPF) dont les femmes, la paix et la sécurité sont l’une des quinze composantes. « Il est essentiel d’encourager une approche intégrée parmi les acteurs internationaux, régionaux et nationaux afin de renforcer les capacités des femmes en matière d’analyse et de prévention des conflits, » a-t-elle déclarée.

Avec le soutien d’autres partenaires, La CEDEAO et UNOWAS restent déterminés à consolider leur collaboration pour autonomiser les femmes qui construisent la paix dans la région.

Distribué par APO Group pour United Nations Office for West Africa and the Sahel (UNOWAS).

SOURCE
United Nations Office for West Africa and the Sahel (UNOWAS

Read More

Respect des droits humains et éducation à la paix pour lutter contre l’extrémisme violent

Mai 17, 2019 0
Première édition du colloque international
BAMAKO, Mali, 17 mai 2019/ — Le 15 mai 2019, s’est tenue à l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Beye de Bamako, la cérémonie d’ouverture du colloque international sur le « respect des droits de l’homme et l’éducation à la paix dans le cadre de la prévention de l’extrémisme violent »

Organisée par l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest – Unité Universitaire de Bamako (UCAO- UUBa), cette première édition du colloque international sur le « respect des droits de l’homme et l’éducation à la paix dans le cadre de la prévention de l’extrémisme violent » se tient avec le soutien de la Division des droits de l’homme et de la protection de la MINUSMA. Cette rencontre permettra également le partage de connaissances et d’expériences sur l’importance du respect des droits de l’homme dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Le but étant d’impacter le processus de construction d’une paix durable au Mali, par la promotion et le respect des droits de l’homme ainsi que celle de la culture de la paix.

Il s’agit, à travers cette initiative, de contribuer à la création d’un espace de réflexion sur les phénomènes qui empêchent le développement d’une « culture active de la paix », des causes à l’origine de l’extrémisme violent et du terrorisme, de même que des atteintes récurrentes aux droits de l’homme. La réflexion et la recherche, sur les ressources qui peuvent véhiculer et garantir la promotion de la culture de la paix, ainsi que le respect des droits de l’homme et l’engagement pour leur protection.

La Cérémonie d’ouverture a été placée sous la présidence du Ministre des Affaires religieuses et du culte, représenté par son Secrétaire général M. Yahya Ahmed Mohamed. Celui-ci a salué l’initiative, exprimé la gratitude du Gouvernement et réaffirmé sa conviction que les résultats auxquels vont parvenir ce colloque seront d’un apport précieux pour la recherche de la paix au Mali.

Dans son discours, le Président de l’UCAO-l’UUBa, Dr Clément Lonah, a remercié les participants et précisé les deux résultats essentiels attendus de ce colloque, à savoir : la construction de la paix et la proposition de hautes réflexions réalistes scientifiques. Également présents, le représentant des Evêques, l’Abbé Noël Somboro, ainsi que Guillaume Ngefa, Directeur de la Division des droits de l’homme et de la protection de la MINUSMA et Représentant du Haut-Commissaire aux droits de l’homme au Mali, qui ce jour-là, représentait également le Chef de la Mission de l’ONU au Mali.

M. Ngefa a souligné la nécessité d’agir en synergie dans le cadre de la prévention de l’extrémisme violent, invité à la recherche d’une réponse régionale aux défis liés au terrorisme et à l’extrémisme violent, et rappelé que la lutte contre le radicalisme et l’extrémisme violent est une priorité stratégique pour le Haut-Commissariat aux droits de l’homme au Mali, notamment à travers des programmes d’éducation aux droits de l’homme et des mesures de prévention contre la radicalisation.

La conférence inaugurale sur le thème « droits humains et éducation à la paix, apprendre le respect des droits humains et renoncer à l’extrémisme violent », a été donnée par Daniel Téssougué, Juge à la Cour de Justice de l’UEMOA. Pendant les trois jours, sept experts internationaux venant du Niger, du Burkina-Faso, d’Italie, de Côte d’ivoire, de France, du Congo-Brazzaville et du Benin, ainsi que des experts maliens, feront 27 communications. Aussi importantes les unes que les autres, elles porteront sur les manifestations, causes et conséquences de l’extrémisme violent, l’importance du respect des droits de l’homme dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, et les stratégies de prévention de l’extrémisme violent.

Plus de 200 personnes, notamment des enseignants chercheurs, des étudiants, des praticiens du droit, les autorités religieuses et traditionnelles, les imams, le Haut-conseil Islamique, les représentants des églises catholiques et protestantes, les organisations de jeunesse, Les associations Ginna Dogon et Tabitaal Pulaku, et les ministères en charge de la justice, de la réconciliation, de la défense et de la sécurité prennent actuellement part au forum.

Distribué par APO Group pour United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA).

SOURCE
United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA)

Read More

Tunisie : 120 million d’euros de la Banque africaine de développement pour moderniser le secteur financier

Mai 16, 2019 0

Abidjan (Côte d’Ivoire), le 16 mai 2019 – Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement a approuvé un financement de 120 millions d’euros pour mettre en œuvre la seconde phase du Programme d’appui à la modernisation du secteur financier (PAMSFI II) en Tunisie.

A travers l’appui au secteur financier dans son rôle de financement de l’économie, en faveur notamment des populations et acteurs économiques vulnérables, cette opération a pour but de favoriser les conditions nécessaires pour une croissance économique forte, résiliente et inclusive.

« Avec le PAMSFI II, nous consolidons les acquis avec plus de 389 millions d’euros mobilisés depuis 2016. C’est donc une étape décisive pour réussir la modernisation du secteur financier en Tunisie »a déclaré Mohamed El Azizi, directeur général de la Banque africaine de développement pour la région Afrique du Nord. Il a été rejoint par Stefan Nalletamby, directeur du département Développement du secteur financier à la Banque, qui a souligné que « le PAMSFI II contribuerait à améliorer le niveau d’inclusion financière avec un impact positif attendu sur les personnes à revenus irréguliers, les jeunes créateurs de start-ups, les PME en croissance ainsi que les grandes entreprises accédant aux marchés de capitaux. »

Le PAMSFI II vise à renforcer la contribution du secteur privé à la création d’emploi dans l’ensemble des régions du pays et à inscrire les populations défavorisées dans une dynamique de développement créatrice de valeur ajoutée. Dans ce cadre, le programme appuiera la mise en place des produits de garantie pour les petites et moyennes entreprises (PME), facilitera l’accès au financement des structures innovantes et aidera à la mise en place du fonds de restructuration des PME qui ciblera 600 structures.

« Cette nouvelle opération favorisera la transformation structurelle de l’économie tunisienne et renforcera son intégration dans les chaînes de valeur africaines et mondiales », a souligné la directrice générale adjointe de la Banque pour l’Afrique du Nord et responsable-pays pour la Tunisie, Yacine Diama Fal.

Répondant aux objectifs de la Tunisie en matière d’inclusion financière, le programme est aligné sur les priorités de la Banque. Il met l’accent sur les politiques et les réformes à entreprendre en vue de réduire le coût des facteurs de production et de renforcer la compétitivité des services financiers. Avec un double objectif : contribuer au financement de la dynamique d’industrialisation et améliorer la qualité de vie des populations.

Le partenariat entre la Tunisie et la Banque africaine de développement dure depuis plus d’un demi-siècle, totalisant un engagement financier de près de 9 milliards de dollars américains. Ces financements couvrent différents secteurs, dont l’énergie, l’eau, les transports, l’agriculture et le développement social.

Read More

Soudan : “Il n’y aura pas de transition démocratique sans liberté de la presse” (RSF)  

Mai 16, 2019 0
Alors que l’organe de régulation des médias vient d’interdire la couverture des faits de corruption et que les autorités militaires qui dirigent le pays multiplient les actes de censure, Reporters sans frontières (RSF) dénonce une politique à contre-courant des aspirations des Soudanais à accéder, enfin, à une information produite en toute indépendance, pilier indispensable d’une transition démocratique réussie.
Omar el-Bechir est en prison depuis le 16 avril mais le conseil militaire de transition maintient un contrôle étroit sur l’information. Dans une lettre adressée à l’ensemble des rédactions soudanaises, l’organe de régulation des médias contrôlé par les autorités de transition, a interdit toute publication d’informations traitant de la corruption. La décision intervient alors que des plaintes pour corruption sont déposées contre les anciens dirigeants du régime, dont fait partie le secrétaire général de l’organe de régulation des médias, Abdel Azim Awad.“RSF condamne sans réserve cette décision qui va à l’encontre des aspirations des citoyens soudanais à un débat public de qualité, sans ingérence du pouvoir et sans censure des médias alors que le pays traverse une période charnière, estime Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF.  Nous exhortons les autorités militaires de transition à renoncer à la mise sous tutelle des médias en vigueur sous l’ancien régime, et à accompagner le développement d’une presse libre et indépendante, au lieu de maintenir un contrôle étroit sur leur ligne éditoriale. Il n’y aura pas de transition démocratique réussie sans liberté de la presse.”

Si les confiscations quasi systématiques de journaux couvrant les manifestations qui ont conduit à la chute de l’ancien président ont pratiquement cessé, les services de renseignements (NISS) et les caciques militaires de l’ancien régime aux commandes de la transition, continuent à s’ingérer dans le travail des journalistes.

Le 14 avril, le reporter d’Al Midan Mohamed Al-Fateh a été arrêté à l’aéroport de Khartoum car il était inscrit sur une liste de journalistes interdits.

Le 2 mai, la reporter Hiba Makawi a été suspendue de son poste à la radio nationale pour avoir publié un article incriminant le NISS. Ses agents empêchent également régulièrement l’accès aux médias audiovisuels public à certaines personnalités politiques ou de la société civile invitées à participer à des débats .

Enfin, les réflexes d’autocensure sont loin d’avoir disparu. Les médias publics et la plupart des titres de la presse privée restent sous le contrôle des services de renseignement et de l’ancien parti politique au pouvoir.

Le Soudan occupe la 175e place sur 180 dans le Classement 2019 de la liberté de la presse établi par RSF.

Read More

Le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation a fait un compte rendu sur le programme de lancement des projets d’infrastructures financés par l’ANAFIC.

Mai 16, 2019 0

Il a rappelé que l’avènement de la 3ème République en 2010 a permis à la Guinée de mettre au cœur de ses nombreux projets et programmes une politique de décentralisation et de développement local à la satisfaction générale des populations.

Le Ministre a soutenu que c’est dans ce contexte que le Gouvernement vient de mettre en place un mécanisme pérenne de financement de la décentralisation en vue d’optimiser l’efficacité et de corriger les effets de dispersion des différents appuis financiers apportés aux collectivités locales. D’où la création de l’ANAFIC par Décret du 11 novembre 2017 pour la gestion exclusive de ce fonds.

Il a justifié que cet acquis mérite d’être connu et porté à la connaissance des communautés à la base.

C’est pourquoi, sous l’autorité du Premier Ministre, il a été jugé nécessaire d’organiser une mission gouvernementale dans les 4 régions naturelles du pays à l’effet d’informer les populations sur les acquis et les perspectives qui s’attachent au projet de développement économique et social du Président de la République.

Le Ministre a expliqué que la mission sera dirigée par un pool de Ministres dans chaque région naturelle du pays. Il a informé que l’objectif de la mission consiste à :

Procéder au niveau des collectivités locales à l’inauguration des infrastructures socio-économiques de base (Santé, Education, Agriculture, Electricité, Hydraulique villageoises etc.), avec l’appui des partenaires au développement, notamment le PACV3 ;
Procéder à la pose de la première pierre des infrastructures financées par l’ANAFIC ;
Informer les citoyens sur les acquis du Gouvernement de la 3ème République ;
Sensibiliser les populations sur l’entretien, la sauvegarde et l’utilisation efficiente des infrastructures mises à leur disposition ;
Faire passer un message de paix, d’unité nationale, de quiétude sociale et de sécurité.

Le Ministre a annoncé qu’à la fin de la mission, un rapport synthèse sera élaboré à la haute attention de Son Excellence Monsieur le Président de la République.

Read More

Le Ministre de l’Energie a fait une communication relative à l’Accord de financement entre la République de Guinée et l’Association Internationale de Développement (IDA) et la Convention de crédit entre la République de Guinée et l’Agence Française de Développement (AFD), relatifs au financement du « Projet d’Amélioration de l’Accès à l’Electricité en Guinée (PAEEG) ».

Mai 16, 2019 0

Il a rappelé qu’en plus du PNDES qui couvre tous les secteurs clés de l’économie guinéenne, un prospectus d’investissement a été élaboré pour l’accès à l’électricité 2016-2020, visant à doubler le taux d’accès à l’électricité de 18% actuellement, à 36% durant les cinq prochaines années en vue d’atteindre un accès universel d’ici à 2030. A cet effet une table ronde des donateurs a eu lieu à la mi-novembre 2017 à Paris, pour présenter le Prospectus d’Investissement et mobiliser environ 380 millions sur 645 millions de dollars pour la mise en œuvre du programme national d’accès à l’électricité.

Le Ministre a affirmé que le projet d’Amélioration de l’Accès à l’électricité en Guinée (PAAEG), conjointement financé par la Banque Mondiale et l’Agence Française de Développement (AFD), consiste à mettre en œuvre une partie de ce Programme d’accès à l’électricité à moindre coût de notre pays, sur la base d’une approche sectorielle.

Au terme de l’exposé, le Conseil a adopté la Convention de crédit et l’Accord de financement relatifs à ce projet.

Read More

Le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement a fait une communication relative au Rapport d’étape sur l’avancement des opérations d’assainissement de la Ville de Conakry.

Mai 16, 2019 0

Le Ministre a informé que dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de professionnalisation des déchets, un appel d’offre international a permis de recruter deux (2) opérateurs chargées d’une part de la pré-collecte jusqu’au transfert des déchets sur le site final de la minière, d’autre part de l’exploitation de la décharge de la Minière.

Il a annoncé que face au constat actuel de la salubrité de la ville de Conakry, le Département en charge de l’Assainissement est en manque d’équipements divers dont l’acquisition est nécessaire

Le Ministre a affirmé que la mobilisation de ces besoins vise à :

Éliminer l’ensemble des dépôts sauvages dans les 5 communes ;
Procéder aux curages des caniveaux et à l’enlèvement des produits de curages ;
Mettre en place l’équipe de balayage sur les principaux axes routiers des 4 autres communes ;
Mobiliser 24H/24 le parc automobile pour le transport des déchets solides ;
Mettre en place une brigade de contrôle des lieux assainis.

Il a informé que pour l’atteinte de ces objectifs, un programme intérimaire d’assainissement intégré de la ville de Conakry sur une durée de six (6) mois allant de Mai à Octobre 2019 a été élaboré et budgétisé par son Département

Le Ministre a sollicité l’accord du Gouvernement pour engager dans les meilleurs délais, des actions visant la mise en place d’un fonds destiné à pérenniser le financement de la gestion des déchets solides pour la ville de Conakry et celles de l’intérieur du pays.

Au terme de l’exposé, le Conseil a donné son soutien au Ministre et convoqué une réunion du Comité de Pilotage sur la professionnalisation des Déchets solides avec les Ministres en charge de l’Assainissement, du Plan, de la Coopération et de l’Administration du Territoire

Read More

Le Ministre des Transports a soumis pour examen deux projets de Décrets : ° Le premier fixant les Statuts de l’Office Guinéen des Chargeurs.

Mai 16, 2019 0

Il a indiqué que conformément aux Conseils des Chargeurs en Afrique, le Conseil Guinéen des Chargeurs (CGC) a pour objet de contribuer à la promotion du commerce extérieur de la Guinée en apportant toutes les facilitations et assistances multiformes aux chargeurs dans l’accomplissement de leurs missions.

Le Ministre a expliqué que la mission essentielle du Conseil des Chargeurs se résume comme suit :

La représentation équitable et la défense des intérêts des chargeurs publics et privés ;
Les relations avec les intervenants dans la chaîne des transports ;
La facilitation du suivi des marchandises ;
La gestion d’une banque de données sur les transports internationaux et nationaux ;
La mise en place des infrastructures de transport ;
La promotion de la compétitivité des exportations grâce à des initiatives visant à améliorer la chaîne de transport ;
La tenue des statistiques fiables dans le domaine des importations et exportations.

Le Ministre a également indiqué que les recettes de l’émission du Bordereau Electronique de Suivi des Cargaisons (BESC) constituent la principale ressource financière d’un Conseil des Chargeurs.

° Le second projet de Décret fixant les Statuts de l’Agence de la Navigation Aérienne (ANA).

Le Ministre a informé que depuis environ deux (2) décennies, les Directions de l’Aviation Civile rencontrent de nombreux problèmes pour la mise en œuvre des recommandations des audits de supervision de la sécurité de l’OACI, relayée par les Organismes Régionaux s’occupant de l’Aviation Civile.

Le Ministre a précisé que l’ANA a pour mission d’assurer la sécurité, la régularité et l’efficacité de la circulation aérienne ainsi que la gestion et l’exploitation des aérodromes domestiques, en République de Guinée.

Dans son fonctionnement actuel et cela conformément à ses statuts, l’ANA n’est pas soumise au règlement général de la comptabilité publique. Sa comptabilité est cependant tenue selon les usages commerciaux conformément aux règles du système comptable OHADA (SYSCOHADA).

Le Ministre a noté que la principale ressource financière de l’ANA est la redevance terminale. Elle représente plus de 95% de ses revenus. Quant à la subvention d’équilibre, perçue du Budget National de Développement (BND), elle représente à peine 3% du chiffre d’affaires annuel de l’Agence.

Il a expliqué que face à cette situation, il était nécessaire de procéder à la mise en conformité des statuts de l’ANA au regard du cadre légal et règlementaire régissant l’organisation et le fonctionnement des Organismes publics en République de Guinée.

C’est en exécution de cet impératif, que ce présent projet de statuts harmonisés a été élaboré conformément aux dispositions de la loi L/2017/056/AN du 08 Décembre 2017, portant Gouvernance Financière des Etablissements et Sociétés Publics.

Au terme des débats, le conseil a adopté les deux projets de Décrets fixant les Statuts du Conseil Guinéen des Chargeurs (CGC) et de l’Agence de Navigation Aérienne (ANA).

Read More

Le Ministre de l’Economie et des Finances a soumis pour examen en seconde lecture le projet de Décret portant Régime Juridique des Comptables Publics.

Mai 16, 2019 0

Il a souligné qu’à date, le régime juridique des comptables publics n’a pas encore fait l’objet d’une initiative gouvernementale en matière règlementaire en dépit des lourdes responsabilités qui caractérisent l’exercice de la fonction de comptable public.

Le Ministre a expliqué que la fonction comptable est fragilisée en raison du défaut de prestation de serment devant la Cour des Comptes et la constitution des cautions avant l’exercice de la profession.

Il a soutenu que pour corriger et combler le vide, la Loi Organique Relative aux Lois de Finances de 2012 et le Règlement Général sur la Gestion Budgétaire et la Comptabilité Publique du 15 janvier 2013 ont rappelé, dans le cadre des réformes et de la modernisation de la gestion publique, les responsabilités des comptables publics et les sanctions qu’ils encourent dans l’exercice de leurs missions.

Le Ministre a déclaré que le présent régime juridique prend en compte aussi bien les dispositions législatives et réglementaires encadrant la gestion publique en Guinée que les bonnes pratiques des pays disposant déjà de régimes juridiques.

Au terme des débats, le Conseil a adopté le projet de Décret portant Régime juridique des comptables publics

Read More

Le Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle et de l’Emploi qui a fait une communication relative aux préparatifs de la 108ème session de la Conférence Internationale du Travail (CIT), du 10 au 21 Juin 2019 à Genève (Suisse).

Mai 16, 2019 0

Il a indiqué que dans le cadre des préparatifs de la 108ème session de la Conférence Internationale du Travail (CIT), chaque pays membre a été invité à organiser des dialogues tripartites nationaux sur le rapport de la commission mondiale sur l’avenir du travail, avant son adoption par la conférence prévue du 10 au 21 Juin 2019 à Genève (Suisse).

Le Ministre a annoncé que c’est dans cette perspective que le Département en charge du Travail a initié depuis plusieurs semaines des séries de rencontres avec l’ensemble des partenaires sociaux (Syndicat, Patronats) avec pour philosophie, une démarche inclusive.

Il a enfin informé de la solennité de cet évènement planétaire, en raison du caractère exceptionnel de cette session 2019 qui coïncide avec la célébration du centenaire de l’OIT à laquelle plusieurs Chefs d’Etat prendrons part.

Le Conseil a soutenu la participation de notre pays à cette session de la Conférence Internationale du Travail (CIT)

Read More