Les Etats-Unis se retirent de l’accord nucléaire iranien

Donald Trump a décidé de retirer les Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien. Cette annonce risque d’ouvrir une période de vives tensions avec les alliés européens et d’incertitudes quant aux ambitions atomiques de Téhéran. La décision américaine met les prix du pétrole sous pression.

 

Quinze mois après son arrivée au pouvoir, Donald Trump a décidé de torpiller l’accord réglementant le programme nucléaire de l’Iran. Le président américain a remis en cause le texte conclu en 2015 après 21 mois de négociations acharnées. Depuis ses bureaux à la Maison-Blanche, il a annoncé, sans réelle surprise, que les Etats-Unis allaient se retirer de l’accord nucléaire avec l’Iran « un régime des plus dangereux », a répété encore Donald Trump.

France, Allemagne et Royaume-Uni au taquet

Le président français Emmanuel Macron a prévu de s’entretenir avec la chancelière allemande Angela Merkel et la Première ministre britannique Theresa May. Le rendez-vous téléphonique est programmé avant l’annonce officielle des Américains. Les trois pays européens signataires de l’accord de 2015 semblent ainsi préparer une prise de position commune.

L’Iran prépare aussi sa réponse

Et qu’envisagent de faire les Iraniens? Pour l’instant, Téhéran, où cohabitent des ultraconservateurs autour du guide suprême Ali Khamenei et des dirigeants plus modérés autour du président Hassan Rohani, ont soufflé le chaud et le froid. La République islamique a menacé de quitter à son tour l’accord de 2015, de relancer et accélérer le programme nucléaire, mais a aussi laissé entendre qu’elle pourrait y rester si les Européens pallient l’absence américaine.

Le président iranien Hassan Rohani promet de répondre dès mardi soir à son homologue américain. Si (Trump) parle, le président Rohani lui donnera la réponse de l’Iran dès ce soir » à la télévision d’Etat, a déclaré un  responsable iranien sous couvert d’anonymat, sans préciser l’heure exacte de l’intervention du président Rohani.

L’or noir sous pression

Pendant ce temps, les cours du pétrole ont creusé leur pertes, le brut léger américain et le Brent de mer du Nord perdant chacun jusqu’à plus de 3% après les premières fuites évoquant un rétablissement des sanctions américaines. Le pétrole est en effet l’un des marchés les plus exposés aux retombées du dossier iranien, la République islamique étant l’un des principaux exportateurs mondiaux.

sources: l’Echo de Belgique