MEH – L’ETUDE DE FAISABILITÉ ET D’AVANT-PROJET DETAILLE DU PROJET DE CONSTRUCTION DU COUPLE DE BARRAGES KOGBEDOU-FRANKONEDOU PRÉSENTÉS A CONAKRY

  • Ibrahima Ndeye
  • juin 26, 2018
  • Commentaires fermés sur MEH – L’ETUDE DE FAISABILITÉ ET D’AVANT-PROJET DETAILLE DU PROJET DE CONSTRUCTION DU COUPLE DE BARRAGES KOGBEDOU-FRANKONEDOU PRÉSENTÉS A CONAKRY

Le ministère de l’Energie et de l’Hydraulique a procédé  ce lundi 25 juin 18  à Conakry,  à la présentation de l’étude de faisabilité et d’avant-projet détaillé du projet de construction  du couple de barrage Kogbédou-Farankonédou. C’est Dr Cheick Taliby Sylla, ministre en charge  de l’Energie et de l’Hydraulique  qui  a  présidé à  cette  rencontre, en présence de plusieurs cadres de son département  et les partenaires techniques dudit projet.

Dans le souci d’améliorer davantage la  desserte en électricité  sur l’ensemble du territoire national, le gouvernement guinéen entant  déclenché dans les jours un gigantesque projet  en Haute-Guinée. Il s’agit de la construction de 2 barrages  en cascade sur le fleuve  Milo, situés respectivement à 90  et 110 Km au sud-est  de Kanakan et le raccordement à la ligne d’interconnexion Guinée-Mali en 225 KV, avec la rélisation des programmes de réinstallation involontaire des cibles et de gestion environnémentale et sociale du projet.

C’est au cours d’un atelier  tenu ce lundi à Conakry, que les experts en charge de la construction   de cet important projet  ont présenté son étude faisabilité et  son avant-projet de construction.

Dans son discours d’ouverture, le ministre Cheick Taliby Sylla est revenu sur les enjeux  de ce projet « en effet, ce projet  couple Kogbédou-Frankonédou dont la version améliorée du projet Kogbédou pour lequel des études  ont été  faites par Tractebel en 2014 pour une puissance installée de 44 MW et un productible 193.1 GWh /an. Ainsi, une utilisation optimale et simultanée productible moyen de l’ordre de 400GWh /an.

Le projet sera développé  dans le cadre d’un partenariat Public Privé initiative fortement encouragée par le gouvernement   du Pr Alpha Condé.

A ce titre, une convention de concession (en BOT) et un contrat d’achat d’énergie ont été conclus le 09 mars 2017 entre le gouvernement Maroco-Guinéen  dénommé Sintran-Guiter, le gouvernement guinéen et l’EDG pour la réalisation des études complètes du couple, le financement des ouvrages du couple, l’exploitation des deux  centrales et le transfert des ouvrages en fin de concession »

A noter que l’Etat guinéen prend en charge  le financement du programme de réinstallation involontaire des populations ainsi que le programme de  gestion environnementale et sociale dudit   projet ». A-t-il  expliqué

Malgré des efforts d’investissement importants qui portent maintenant aux deux tiers la part de la production hydroélectrique dans la production électrique globale, la capacité installée totale  actuelle est encore bien en deçà de l’excellent potentiel guinéen de  production hydroélectrique en électricité est estimé à 800 MW et passera à 2684 MW en 2030.

Partant de ce constat, le gouvernement guinéen considère prioritaires les projets hydroélectriques et leur a conféré dans le cadre de la loi BOT des avantages particuliers. Pour le  projet de Kogbédou-Frankonédou, il a engagé un dialogue exclusif avec le  Groupement maroco-guinéen composé de la société internationale des travaux Maroc-SINTRAM et de la société guinéenne de Terrassement Routier-GUITER dans le cadre d’un  protocole d’accord en vue de préciser la faisabilité du Projet. Le groupement a été mesure d’apporter une solution optimisée et adaptée, solution adoptée par le Gouvernement de Guinée.

A rappeler que la construction  de ce  couple de barrage  hydroélectrique  Kogbédou-Frankonédou sur le fleuve permettra à notre pays d’avoir plusieurs  opportunités sur le plan national et au niveau régional  notamment : répondre   aux exigences de capacité de production d’électricité de base et d’exportation vers la région à travers la ligne d’interconnexion avec le Mali  et la production  de l’électricité propre en économisant des émissions  de gaz à effet de serre  comme alternative à la production d’énergie.

La cellule de communication du département