Niger : Le DSP 2018-2022 approuvé pour consolider et amplifier les progrès en matière de développement socio-économique

  • Ibrahima Ndeye
  • novembre 24, 2018
  • Commentaires fermés sur Niger : Le DSP 2018-2022 approuvé pour consolider et amplifier les progrès en matière de développement socio-économique

Abidjan, Côte d’Ivoire, le 23 novembre 2018 – Le Niger a accompli des progrès encourageants durant la période 2012-2017 en matière de développement socio-économique, s’est félicité le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement. Afin de consolider et amplifier ces acquis, les administrateurs ont approuvé le jeudi 22 novembre 2018, le Document de stratégie-pays (DSP) pour la période 2018-2022.

Le principal objectif assigné au nouveau DSP est de renforcer la résilience et d’accélérer la croissance de l’économie nigérienne en vue d’atteindre les objectifs de croissance durable du pays. Ce, à travers deux piliers que sont : promouvoir la compétitivité de l’économie du pays pour libérer son potentiel et favoriser la création d’emplois, puis impulser le développement d’une agriculture résiliente, afin de remédier à la vulnérabilité et à la faible productivité agricole qui en particulier expose le Niger à l’insécurité alimentaire.

Ainsi, la Banque appuiera dans le cadre de ce DSP (2018-2022) les efforts des autorités nigériennes dans le développement des infrastructures liées à l’énergie et au transport, en vue notamment de désenclaver les zones de production et d’améliorer l’accès à l’énergie, permettant ainsi de réduire les coûts de production. Elle s’impliquera par ailleurs dans la valorisation des ressources en eau et le développement des chaînes de valeurs agropastorales et agro-industrielles, à partir des produits de l’élevage, des productions d’oignon, de niébé et de gomme arabique, ainsi que de l’industrie de la viande et du lait.

En outre, la mise en œuvre de ce DSP permettra à la Banque de contribuer à la transformation du monde rural, objectif recherché par les autorités nigériennes à travers le programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger.

« Ce DSP traite des facteurs de fragilité complexes au Niger. Ce qui nécessite une stratégie, un dialogue et des modalités d’interventions spécifiques pour mieux répondre aux défis, notamment en matière de sécurité et de gouvernance, et plus particulièrement de la corruption et de la transparence dans la gestion des ressources naturelles », a indiqué Marie-Laure Akin-Olugbadé, directrice générale pour l’Afrique de l’Ouest de la Banque. Elle a ainsi souligné qu’une opérationnalisation en cours du bureau-pays est « cruciale pour l’atteinte des objectifs de ce DSP. »

Le portefeuille actif de la Banque au Niger couvre 14 opérations actives pour un volume total net d’engagements de 557 millions de dollars, comprenant neuf projets nationaux, quatre projets multinationaux et un projet dans le secteur privé.