Le Reporter sans frontières propose 10 recommandations pour garantir la liberté de la presse pendant cette transition en Guinée

A l’occasion d’un point de presse, ce mardi 26 octobre 2021, organisé par l’alliance des médias pour les droits humains, dont les membres Séjournent actuellement en Guinée, le Reporters sans frontières,  par la voix d’Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique et Jeanne Lagarde chargé de plaidoyer de Reporters sans frontières, ont remis fait des recommandations pour garantir la liberté de la presse et la protection des journalistes dans l’exercice de leur métier pendant cette période de transition.

  • Le président de la République et le gouvernement de transition affirment le caractère fondamental de la liberté, de l’indépendance et du pluralisme du journalisme pour la vie démocratique et la société guinéenne.
  • Les autorités Respectent le droit pour les journalistes des médias publics comme privés d’accéder librement aux informations et événements d’intérêt national.
  • Les autorités guinéennes s’engagent à respecter la loi sur la liberté de la presse de 2010 mettant fin aux peines privatives de liberté pour les délits de presse en Guinée, et à cesser dans le même temps les arrestations et emprisonnement arbitraires de journalistes pour des délits de presse.
  • Le président de la République s’engage à promulguer dans les plus brefs délais la loi sur l’accès à l’information adoptée en 2010
  • Le gouvernement garantit un environnement ouvert libre et sûr aux journalistes. Les forces de l’ordre veilleront à préserver la sécurité des journalistes pendant les manifestations et à ne pas recouvrir au confiscation de matériels.
  • Le gouvernement s’engage à poursuivre les auteurs d’exactions commises à l’encontre des journalistes pour mettre fin à un climat d’impunité délétère pour la liberté d’information.
  • La haute autorité de la communication (HAC) garantit, comme la loi l’indique, le respect de  » la pluralité, de l’expression des courants de pensée et d’opinion  » dans les médias en rassurant un rôle soutien et de médiation en vue d’éviter le contrôle abusif des médias par le gouvernement. Elle veillera à respecter la liberté et l’indépendance des radios et télévisions en s’abstenant de toutes décisions non fondées en fait et en droit.
  • L’indépendance de la HAC vis-à-vis du pouvoir exécutif devra être renforcé en modifiant par exemple le mode de nomination de ses membres, en y intégrant plus de professionnels issus des médias indépendants, et en évitant un pouvoir de nomination accru des membres de la part du chef de l’État.
  • Le gouvernement créé un fonds de soutien financier distribué de manière transparente, équitable et impartiale aux entreprises de presse afin qu’elles puissent poursuivre leurs activités et faire face aux conséquences économiques de la pandémie de covid sur le secteur.
  • Le gouvernement s’engage à développer et améliorer la formation en particulier la formation continue, pour répondre aux besoins des journalistes et favoriser la production d’une information indépendante de qualité.

 

 Propos recueillis par Mamadou Dian bah

     655241458