UN Photo/Eskinder Debebe
Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, prononce un discours lors de la cérémonie d’ouverture de la Conférence des Nations Unies sur les océans 2022 à Lisbonne, au Portugal.

Le Secrétaire général des Nations Unies a exhorté la communauté internationale à s’engager et à s’unir pour protéger et préserver les mers, ce lundi à Lisbonne, lors de la Conférence des Nations Unies sur les océans.

S’exprimant à l’ouverture de cette conférence, M. Guterres a formulé quatre recommandations visant à inverser le cours des choses.

Parmi celles-ci, le chef de l’ONU a souligné le besoin urgent d’investir durablement dans les économies dépendant de la mer.

Organisé conjointement par le Portugal et le Kenya, la conférence servira de plateforme pour relever les défis auxquels sont confrontés les océans, les mers et les ressources marines de la planète.

Citant le poète portugais Fernando Pessoa, M. Guterres a déclaré qu’il espérait que la conférence représenterait un moment d’unité pour tous les États Membres.

« Urgence océanique »

Soulignant que l’océan « nous reliait tous », le Secrétaire général a déclaré que, par complaisance, l’humanité était aujourd’hui confrontée à une « urgence océanique » et que le vent devait impérativement tourner.

« Notre incapacité à prendre soin de l’océan aura des répercussions sur l’ensemble du programme 2030 », a déclaré M. Guterres.

Lors de la dernière Conférence des Nations Unies sur les océans, il y a cinq ans à New York, les délégués avaient appelé à inverser le déclin de la santé des océans.

Depuis lors, des progrès ont été réalisés, a soutenu le chef de l’ONU, avec de nouveaux traités en cours de négociation pour faire face à la crise mondiale des déchets plastiques, ainsi que des avancées scientifiques, conformément aux recommandations de la Décennie des Nations Unies pour l’océanographie au service du développement durable (2021-2030).

« Mais ne nous faisons pas d’illusions. Nous devons faire beaucoup plus, tous ensemble », a souligné M. Guterres, avant de formuler quatre recommandations clés.

Investir dans des économies océaniques durables

M. Guterres a exhorté les parties prenantes à investir dans des économies océaniques durables dans les secteurs de l’alimentaire, des énergies renouvelables et des moyens de subsistance, par le biais de financements à long terme.

Il a rappelé que sur l’ensemble des 17 Objectifs de développement durable (ODD), le quatorzième, relatif à la conservation des océans, avait reçu le moins de soutien de tous les ODD. Or « la gestion durable des océans pourrait aider l’océan à produire jusqu’à six fois plus de nourriture et à générer 40 fois plus d’énergie renouvelable qu’il ne le fait actuellement », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU.

Reproduire les stratégies gagnantes

Ensuite, a-t-il poursuivi, « l’océan doit devenir un modèle de gestion des biens communs mondiaux, ce qui implique de prévenir et de réduire les pollutions marines de toutes sortes, qu’elles soient d’origine terrestre ou marine ».

Cela suppose de renforcer des mesures de conservation efficaces par zone, ainsi que la gestion intégrée des zones côtières.

Protéger les populations

Le chef de l’ONU a également appelé à protéger davantage les océans et les personnes dont la vie et les moyens de subsistance en dépendent, en s’attaquant aux changements climatiques et en investissant dans des infrastructures côtières résistantes au climat.

« Le secteur du transport maritime devrait s’engager à ne produire aucune émission nette d’ici à 2050, et présenter des plans crédibles pour mettre en œuvre ces engagements. Et nous devrions investir davantage dans la restauration et la conservation des écosystèmes côtiers, tels que les mangroves, les zones humides et les récifs coralliens », a souligné M. Guterres.

Invitant tous les États membres à se joindre à l’initiative récemment lancée pour atteindre l’objectif d’un système global d’alerte précoce d’ici à cinq ans, M. Guterres a déclaré que cela permettrait d’atteindre les communautés côtières et ceux dont les moyens de subsistance dépendent des mesures de protection d’alerte précoce en mer.

Plus de science et d’innovation

Enfin, M. Guterres a souligné la nécessité de renforcer la science et l’innovation pour écrire un « nouveau chapitre de l’action mondiale pour les océans ».

« J’invite tout le monde à se joindre à l’objectif de cartographier 80% des fonds marins d’ici à 2030. J’encourage le secteur privé à rejoindre les partenariats soutenant la recherche océanique et la gestion durable. Et j’exhorte les gouvernements à élever leur niveau d’ambition pour le rétablissement de la bonne santé des océans ».

En guise de conclusion, M. Guterres a cité un proverbe swahili : « Bahari itatufikisha popote », signifiant « l’océan mène à tout », et a appelé tous les peuples à s’engager.

UN Photo/Eskinder Debebe
Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, s’exprime lors du Forum de la jeunesse et de l’innovation de la Conférence des Nations Unies sur les océans à Lisbonne, au Portugal.

« L‘humanité entière dépend de l’océan » (Shahid)

Le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Abdulla Shahid, a lui déclaré que l’océan nous relie tous et que la conférence serait l’occasion de démontrer les engagements mondiaux.

En tant que Maldivien, il a déclaré : « Je suis un enfant de l’océan (…) mais au-delà de ceux d’entre nous qui regardent l’horizon bleu chaque jour, l’humanité entière dépend de l’océan pour la moitié de l’oxygène que nous respirons. C’est pourquoi nous sommes ici cette semaine, pour défendre une ressource qui nous a porté tout au long de notre existence ».

La déclaration intitulée « Notre océan, notre avenir : appel à l’action » devrait être adoptée vendredi par les participants à la conférence.

UN Photo/Eskinder Debebe
La cérémonie d’ouverture de la Conférence des Nations unies sur les océans 2022 à Lisbonne, au Portugal.

Le Kenya et le Portugal co-organisent la conférence

La conférence, qui se déroule jusqu’au 1er juillet, est présidée par le Président kenyan Uhuru Muigai Kenyatta et le Président portugais Marcelo Rebelo de Sousa.

« Nous espérons quitter Lisbonne avec une vision claire des options et des voies de financement. L’océan est la ressource la plus sous-estimée de notre planète », a déclaré le Président Kenyatta, soulignant que les jeunes devaient se tenir aux premières loges de la discussion et qu’ils faisaient partie de la solution.

S’adressant aux participants de la conférence, le Président Rebelo de Sousa a déclaré que Lisbonne était le lieu idéal pour la conférence sur les océans, car l’océan a joué un rôle essentiel dans la transformation du Portugal.

« Aquaman » Momoa, nouveau champion du PNUE

La vedette de cinéma et militant pour la conservation des océans Jason Momoa a été désigné ce lundi comme le défenseur de la vie subaquatique du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).

L’acteur d’Aquaman, qui a travaillé avec Sustainable Coastlines Hawaii et rePurpose Global, a décrit l’humilité avec laquelle il s’est senti investi de la responsabilité de promouvoir la santé des océans : « Avec cette désignation, j’espère poursuivre mon propre voyage pour protéger et conserver les océans et tous les êtres vivants sur notre belle planète bleue, pour notre génération et les générations à venir ».

Photo ONU/Eskinder Debebe
L’acteur et militant de l’océan Jason Momoa (à gauche) rencontre de jeunes militants sur la plage de Carcavelos à Lisbonne, au Portugal.

M. Momoa s’est exprimé dimanche lors du Forum de la jeunesse et de l’innovation, où il a reçu le « bâton de la nature » des mains de l’Envoyé spécial des Nations Unies pour les océans, Peter Thomson. La star d’Aquaman a ensuite remis le bâton à des représentants de la jeunesse avant qu’ils le transmettent à leur tour au Secrétaire général de l’ONU.

Pendant la semaine, ONU Info vous offrira une couverture quotidienne de la Conférence, à laquelle vous pouvez accéder ici.