PNUD Tuvalu
L’archipel de faible altitude Tuvalu, dans l’océan Pacifique, récupère des terres pour lutter contre les effets du changement climatique.

Les inondations massives, les incendies de forêt dévastateurs et la montée des eaux, ainsi que les innombrables vies que ces catastrophes tuent et les moyens de subsistance qu’elles mettent à mal, sont des réalités auxquelles de nombreuses nations sont déjà confrontées.

Les voix de celles et ceux qui sont en première ligne du changement climatique et de ses impacts étaient au centre du début de la deuxième semaine de la COP26, qui a mis l’accent lundi sur « l’adaptation, les pertes et les dommages », alors que les pays développés ont promis d’aider financièrement les pays en développement à affronter les effets du changement climatique.

« Nous ne saurons jamais quand la marée montera et avalera nos maisons. Nos cultures, nos langues et nos traditions seront emportées par l’océan. Quand vous dites d’ici 2030 à 2050, comment pouvez-vous avoir des échéances dans 9 à 29 ans alors que mon peuple a prouvé que nous devons agir maintenant et ne plus perdre de temps », a déclaré une militante de Papouasie-Nouvelle-Guinée, une nation insulaire située dans le sud-ouest du Pacifique.

À quelques mètres de là, dans une autre pièce, une autre jeune femme survivante du typhon Haiyan qui a frappé les Philippines il y a huit ans avait un message tout aussi dur pour le monde : « Ils ont arrêté de compter lorsque le nombre de morts a atteint 6.000, mais il y a encore 1.600 corps manquants. Aujourd’hui, nous réclamons toujours justice pour nos amis et nos familles qui ont perdu la vie à cause des catastrophes climatiques. Les jeunes des Philippines se battent pour un avenir qui ne soit pas marqué par l’anxiété et la peur qu’un autre Haiyan puisse venir à tout moment menacer la vie et les rêves de nos proches. Nous ne méritons pas de vivre dans la peur », a-t-elle déclaré.

Selon elle, « exactement huit ans après que Haiyan a radicalement changé la vie des Philippins, les impacts du changement climatique ne font qu’empirer. Ils ne devraient pas devoir attendre que justice soit rendue », a-t-elle déclaré, ajoutant que les entreprises et autres émetteurs de carbone devraient être tenus pour responsables.

Pertes et dommages

Le terme « pertes et dommages » est utilisé dans le processus de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) pour désigner les dommages causés par le changement climatique causé par l’être humain.

Cependant, la réponse appropriée à cette question a été contestée depuis l’adoption de la Convention.

L’établissement de la responsabilité et de l’indemnisation pour les pertes et dommages est un objectif de longue date pour les pays vulnérables et en développement de l’Alliance des petits États insulaires et du Groupe des pays les moins avancés lors des négociations. Cependant, les pays développés ont résisté pendant des années aux appels à une discussion appropriée de la question.

« Six ans après l’Accord de Paris, qui a son propre article sur les pertes et dommages, les petits pays doivent encore se battre pour avoir un point à l’ordre du jour à ce sujet à la COP », a déclaré un représentant de l’ONG Climate International lors d’une conférence de presse.

L’autre grand thème du jour; l’adaptation, comporte également un enjeu financier. Les dirigeants des petits États insulaires en développement ont clairement indiqué que les engagements de la semaine dernière sur les forêts, l’agriculture, le financement privé et d’autres questions n’étaient toujours pas suffisants.

« Nous nous félicitons des nouveaux engagements pris la semaine dernière, mais avec tout le respect que je dois pour être honnête, je ne peux ressentir aucune excitation pour eux… Plusieurs nouveaux engagements manquent, et d’autres se sont présentés avec des engagements insuffisants », a déclaré Frank Bainimarama, le Premier ministre des Fidji.

Les zones côtières du Pacifique sont parmi les plus vulnérables au monde.
Photo PNUD/Andrea Egan
Les zones côtières du Pacifique sont parmi les plus vulnérables au monde.

La promesse rompue

L’annonce de la semaine dernière selon laquelle la promesse de 100 milliards de dollars par an pour les initiatives de financement climatique dans les pays en développement serait à nouveau retardée planait sur la conférence lundi.

« Les pays développés nous font défaut. Ce sont eux qui ont les ressources et la technologie pour faire la différence, mais ils ont laissé tomber le potentiel d’énergie propre et d’adaptation en ne respectant pas l’engagement de 100 milliards de dollars pendant deux années consécutives… Nous, les plus vulnérables on nous dit d’attendre 2023 », a déploré M. Bainimarama.

Le Premier ministre a rappelé que depuis la signature de l’Accord de Paris, 13 cyclones ont frappé les Fidji, et en tant que tel, le renforcement de la résilience ne doit pas être retardé, et pour cela, il faut de l’argent « purement et simplement ».

Le ministre du Climat et de l’Environnement de la Grenade, Simon Stiell, a également déclaré que les promesses faites la semaine dernière devaient être respectées pour montrer une action significative sur le terrain.

« Le changement climatique pour nous dans les îles n’est pas une chose abstraite. C’est réel et c’est vécu chaque jour et si l’atténuation est un marathon qui nous amène à cet objectif de 1,5 degré Celsius, l’adaptation est le sprint alors que nous luttons contre les impacts et l’urgence de protéger la vie et les moyens de subsistance », a-t-il souligné.

De son côté, Kathy Jetñil-Kijiner, Envoyée pour le climat des Îles Marshall, a déclaré que la science commençait à révéler que les mesures d’adaptation coûteraient bien plus de 100 milliards de dollars par an.

« Nous envisageons plusieurs milliards de dollars pour mettre en œuvre nos plans nationaux d’adaptation. Nous avons reçu des études préliminaires qui nous montrent des estimations de dizaines de milliards pour la reconquête des terres, l’élévation de certaines parties de nos terres et la migration interne. Lorsque nous négocions un nouvel objectif financier d’ici 2025, il doit être basé sur la science. Le premier objectif était une estimation », a-t-elle expliqué.

L'ancien Président américain Barack Obama à la Conférence sur le climat à Glasgow.
CCNUCC/Klara Worth
L’ancien Président américain Barack Obama à la Conférence sur le climat à Glasgow.

Barack Obama appelle à « agir maintenant »

A la surprise de certains participants à la COP26, l’ancien Président américain Barack Obama a assisté à la rencontre avec les représentants des États insulaires.

Étant né et ayant grandi à Hawaï, il a déclaré que le monde n’en faisait pas assez pour les îles, qui sont plus que jamais menacées. « Ce n’est pas quelque chose dans 10, 20 ou 30 ans : c’est maintenant, et nous devons agir maintenant », a-t-il déclaré. Il a invité les délégués à aller de l’avant en unissant leurs forces.

Citant un vieil adage hawaïen, M. Obama a ajouté : « Si vous voulez pagayer un canoë, vous feriez mieux de ramer tous dans la même direction en même temps. C’est la seule façon d’avancer. C’est le genre d’esprit dont vous avez besoin pour aller de l’avant ».

Plus tard dans la journée, M. Obama s’est adressé à la plénière de la COP26, où il s’est engagé à faire pression en faveur de l’action climatique en tant que simple citoyen et a clairement indiqué que maintenir les températures en dessous de l’objectif de 1,5°C allait être « difficile ».

« La coopération internationale a toujours été difficile ; c’est rendu plus difficile par la désinformation et la propagande qui sortent des médias sociaux de nos jours… Amener les gens à travailler ensemble à l’échelle mondiale prend du temps, et c’est du temps que nous n’avons pas », a-t-il dit.

Il a également encouragé les jeunes à parler à leurs familles du changement climatique. « Notre planète a été blessée par nos actions. Ces blessures ne seront pas guéries aujourd’hui ou demain [mais] je crois que nous pouvons assurer un avenir meilleur. Nous devons le faire », a-t-il déclaré.

L’état des négociations

Pendant ce temps, la présidence de la COP26 a organisé une réunion pour discuter de l’état actuel des négociations lors de la conférence. À juste titre, les représentants des pays en développement ont vivement appelé à résoudre les points restants à l’ordre du jour en mettant particulièrement l’accent sur les finances.

Ils ont également déclaré que la pléthore d’engagements annoncés la semaine dernière était la bienvenue, mais que des actions restaient à voir.

« Une COP sans financement concret ne peut être qualifiée de réussie », a déclaré le ministre négociateur guinéen représentant les pays du G77 et la Chine. « Nous sommes déçus que les pays développés ne soient pas disposés à discuter de questions financières », a-t-il ajouté, les accusant de faire « des promesses vides ».

Antigua-et-Barbuda, représentant l’Alliance des petits États insulaires, a évoqué l’incapacité des pays développés à fournir 100 milliards de dollars de financement climatique, ainsi que l’incertitude du financement de l’adaptation, soulignant que l’ambition doit être beaucoup plus élevée.

« Le rapport révèle un énorme écart d’ambition, nous avons besoin de contributions déterminées au niveau national plus solides avec des plans de mise en œuvre concrets », a déclaré le ministre, soulignant que le rapport, qui discute des engagements nationaux pour réduire les émissions de carbone, indique une augmentation de 13% des émissions, au lieu d’une réduction de 45% nécessaire pour freiner le réchauffement climatique.

Le Bhoutan, représentant le groupe des pays les moins avancés (PMA), a déploré que les déclarations publiques faites par les pays diffèrent souvent de ce qui est entendu lors des négociations.

« Nous sommes venus à Glasgow avec de grandes attentes. Nous avons besoin d’engagements forts pour assurer la survie du milliard de personnes vivant dans les PMA à l’avenir. Il y a encore des points clés dans les négociations que nous devons résoudre cette semaine », a-t-il souligné.

Question de vie ou de mort

Pour Bernard Ewekia, un étudiant des îles de Tuvalu dans le Pacifique, les mots ne suffisent pas non plus pour la survie de son peuple.

« Il y a déjà cinq îles autour de Tuvalu qui ont disparu, et je veux que les dirigeants mondiaux prennent des engagements, mais agissent également maintenant avant que mon pays ne disparaisse complètement », a-t-il déclaré à ONU Info.

Pour la jeune poète de Papouasie-Nouvelle-Guinée dont l’émouvant discours a ouvert les événements d’aujourd’hui, les vraies solutions se trouvent au sein des communautés, donc les soutenir est indispensable à l’adaptation et à l’atténuation. « Mon peuple est la solution. C’est notre terre, et nous avons les connexions. Travaillons ensemble et laissons-nous raconter notre histoire. Faites-nous confiance pour mener nos solutions localement et agissez maintenant ».