Le 1er forum de l’ONU sur la société civile organisé en Afrique annonce un Sommet du Futur « inclusif »

12
SHARES
112
VIEWS
UN Nairobi
Délégués à l’ouverture de la Conférence des Nations Unies sur la société civile à Nairobi, au Kenya. À l’écran, la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina Mohammed.

Inclusion et participation sont les deux mots qui ont résonné à l’ouverture jeudi d’une conférence des Nations Unies à Nairobi, au Kenya, où les gouvernements ont été invités à écouter les voix de la société civile, bien placées pour travailler à leurs côtés pour construire un avenir plus juste et plus équitable.

Tweet URL

Réunissant des acteurs de la société civile, des représentants gouvernementaux, de hauts responsables de l’ONU, de jeunes acteurs du changement, des universitaires et d’autres parties prenantes, la Conférence des Nations Unies sur la société civile est le principal événement des Nations Unies concernant la société civile, avant le Sommet du Futur, prévu en septembre.

Amina Mohammed, Vice-Secrétaire générale, dans un message vidéo diffusé lors de l’événement, a commencé par exprimer ses sincères condoléances aux victimes des inondations dévastatrices au Kenya et a réitéré l’engagement continu des Nations Unies à soutenir le gouvernement kenyan pendant cette période difficile.

La « voix forte » de la société civile

Elle a souligné comment, chaque jour, des groupes de la société civile du monde entier travaillent sans relâche pour faire avancer les objectifs des Nations Unies.

« Vous vous battez pour la justice mondiale, pour la justice sociale et pour la justice climatique. Pour la paix, pour l’égalité des sexes, pour les droits de l’homme et pour les ODD [Objectifs de développement durable] », a déclaré Mme Mohammed, ajoutant : « Vous êtes solidaires des personnes vulnérables et marginalisées ».

« Cette conférence témoigne de la voix forte de la société civile, malgré les menaces croissantes et le rétrécissement de l’espace ».

Mme Mohammed a poursuivi en expliquant que la Conférence a réaffirmé que le prochain Sommet du Futur doit être en résonance avec les priorités, les préoccupations et les attentes de la société civile. Le Sommet de septembre est une occasion générationnelle de mettre à jour les institutions internationales et de construire un multilatéralisme plus inclusif qui serve les intérêts de tous les peuples.

Organisée par le Département de la communication globale des Nations Unies, la Conférence sur la société civile se déroule pendant deux jours, les 9 et 10 mai au Bureau des Nations Unies à Nairobi (UNON).

« Nous avons besoin de vous, société civile »

En ouvrant l’événement, Maher Nasser, Directeur de la Division de la sensibilisation du Département de la communication globale de l’ONU, a noté que plus de 3.600 représentants de la société civile provenant de 2.750 entités s’étaient inscrits à la conférence, ainsi qu’environ 400 représentants de 64 gouvernements, sept organisations intergouvernementales, 37 entités des Nations Unies et plus de 100 journalistes.

En outre, 70% des inscrits viennent d’Afrique et 40% de tous les inscrits sont des jeunes, âgés de 18 à 34 ans. Le climat était le principal problème pour les jeunes inscrits. Avant de passer la parole aux coprésidents.

Dennis Francis, Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, s’exprimant dans un message vidéo, a déclaré : « Pour que le Sommet serve de catalyseur pour une action mondiale efficace, nous avons besoin d’une collaboration solide et de l’adhésion des personnes directement concernées pour obtenir des résultats orientés vers l’action ».

Faisant référence aux documents qui devraient émerger du Sommet – le Pacte pour l’avenir, le Pacte numérique mondial et la Déclaration sur les générations futures – le Président de l’Assemblée générale a dit : « nous avons besoin de vous, société civile, pour jouer un rôle essentiel dans ce processus ».

Guy Ryder, Secrétaire général adjoint de l’ONU chargé des politiques, a déclaré que les deux jours constitueraient une étape essentielle dans le cheminement vers le Sommet du Futur. Les idées, l’engagement et l’appel à l’action sont indispensables aux processus à venir.

« Nous sommes tous parfaitement conscients que nous devons travailler ensemble si nous voulons avoir la moindre chance de relever les défis mondiaux d’aujourd’hui ; les conflits en cours et l’escalade des tensions géopolitiques ; la multiplication des crises humanitaires ; les inégalités croissantes… l’urgence climatique et bien plus encore », a-t-il déclaré.

En outre, la coopération et la solidarité sont nécessaires à tous les niveaux.

« Et pour cela, nous avons besoin de systèmes, d’institutions et de mentalités qui soient à la hauteur et reflètent les réalités contemporaines », a dit M. Ryder, exhortant tout le monde, en particulier les jeunes, à s’impliquer et encourageant chacun à intensifier son engagement auprès de son gouvernement.

Participants réunis à l'ouverture de la Conférence des Nations Unies sur la société civile, qui se tient au Bureau des Nations Unies à Nairobi, au Kenya, du 9 au 10 mai 2024.
UN Nairobi
Participants réunis à l’ouverture de la Conférence des Nations Unies sur la société civile, qui se tient au Bureau des Nations Unies à Nairobi, au Kenya, du 9 au 10 mai 2024.

« Nous voulons un vrai changement »

L’un des moments forts de la séance d’ouverture a été le discours d’ouverture de Karimot Odebode, l’un des 17 jeunes leaders des objectifs de développement durable, qui dirige une organisation de la société civile au Nigéria.

Elle a lu un poème intitulé The Journey Ahead.

« Ma génération est fatiguée », a-t-elle déclaré, soulignant : « nous voulons un vrai changement. Êtes-vous prêt à vous engager pour la paix ? Etes-vous prêt? Parce que je m’engage. Et vous ? » »

Mme Odebode a souligné que la société civile était réunie aujourd’hui pour élaborer une feuille de route vers un avenir durable. Les dirigeants de la société civile ont une responsabilité unique dans l’élaboration de l’avenir du progrès mondial et durable, a-t-elle dit.

Florence Syevuo, une autre jeune leader des ODD, a déclaré que la conférence était un appel de la société civile à lutter une fois pour toutes contre les inégalités mondiales, en particulier celles entre le Nord et le Sud de la planète.

« Aucune future conférence de la société civile des Nations Unies ne devrait avoir lieu là où l’ONU siège uniquement à des fins administratives… nous espérons pouvoir nous rendre dans de nombreux pays du Sud », a dit Mme Syevuo.

Des responsables de l'ONU et des dirigeants de la société civile à l'ouverture de la Conférence des Nations Unies sur la société civile, qui se tient au Bureau des Nations Unies à Nairobi, au Kenya, les 9 et 10 mai 2024.
UN Nairobi
Des responsables de l’ONU et des dirigeants de la société civile à l’ouverture de la Conférence des Nations Unies sur la société civile, qui se tient au Bureau des Nations Unies à Nairobi, au Kenya, les 9 et 10 mai 2024.

« Relever la barre du multilatéralisme »

Carole Agengo, coprésidente du comité de planification de la Conférence sur la société civile 2024 et représentante régionale de l’Afrique chez HelpAge International, a déclaré que la société civile des pays du Sud était confrontée à des difficultés pour accéder aux conférences précédentes pour diverses raisons, principalement en raison des visas.

En réfléchissant à cela, la Conférence actuelle a mis l’accent sur l’inclusion et la participation. Mme Agengo a affirmé qu’il était vital pour les organisations du Sud de libérer le pouvoir de leur nombre et de collaborer avant le Sommet du Futur.

Pour sa part, Nudhara Yusuf, autre coprésident du comité de planification de la Conférence, du Réseau d’innovation pour la gouvernance mondiale et coordinatrice de la jeunesse de la Coalition pour l’ONU dont nous avons besoin, a estimé que la conférence vise à soutenir de manière significative le Sommet du Futur, qui aura lieu à un moment critique.

Lors de ce sommet, la société civile demandera aux États membres de l’ONU de relever la barre du multilatéralisme. À son tour, la société civile doit être prête à repousser les limites de sa participation aux processus multilatéraux et intergouvernementaux, a-t-il dit.

Les travaux de la Conférence

La conférence de jeudi a également comporté 37 ateliers sur place, co-organisés par des parties prenantes, notamment la société civile et des entités des Nations Unies, et auxquels ont participé divers participants, dont des États membres de l’ONU.

Cela a été suivi d’une discussion sur les recommandations de la société civile sur le Pacte pour l’avenir, la Déclaration sur les générations futures et le Pacte numérique mondial, ainsi que d’un dialogue interactif sur les résultats proposés et les questions connexes.

La journée de vendredi doit débuter par un dialogue interactif, intitulé « Regards sur le Sommet et au-delà », et par une table ronde, avec les réponses des agences des Nations Unies, des groupes philanthropiques et des États membres de l’ONU.

La séance de clôture aura lieu dans l’après-midi en présence du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et du Président du Kenya, William Ruto.

Related Posts

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.