L’ONU déterminée à aider les communautés touchées par les séismes en Syrie et Türkiye

13
SHARES
118
VIEWS
© UNOCHA
Des familles déplacées par le tremblement de terre du 6 février sont temporairement hébergées dans des tentes à Azaz, en Syrie.

L’Administrateur du PNUD, Achim Steiner, faisait partie des responsables de l’ensemble du système des Nations Unies qui ont participé à une conférence internationale des donateurs pour soutenir les deux pays, qui s’est tenue lundi à Bruxelles.

« L’ONU est déterminée à intensifier et à déployer ses ressources dans les domaines du développement et de l’humanitaire pour aider les communautés en Türkiye et en Syrie », a-t-il déclaré.

Des rations alimentaires mensuelles sont distribuées aux familles déplacées dans le quartier de Sukari à Alep, en Syrie.
© PAM/Hussam Al Saleh
Des rations alimentaires mensuelles sont distribuées aux familles déplacées dans le quartier de Sukari à Alep, en Syrie.

Des besoins faramineux

Le double tremblement de terre a frappé le 6 février, déplaçant environ 3,3 millions de personnes en Türkiye et détruisant quelque 650.000 immeubles et maisons.

Plus d’un demi-million de personnes sont désormais sans abri dans la Syrie voisine, où les besoins étaient déjà à leur plus haut niveau en 12 ans de guerre, avec environ 70% de la population – 15,3 millions de personnes – ayant besoin d’une aide humanitaire.

M. Steiner a souligné que l’accès aux services de base et aux moyens de subsistance est indispensable pour une reprise plus durable afin d’éviter que la vulnérabilité ne s’aggrave.

«  Cela signifie fournir une aide d’urgence pour permettre aux gens de survivre au jour le jour, toujours la priorité numéro un », a-t-il déclaré.

« Cela implique également de fournir les fonds dont ils auront besoin pour commencer à retrouver une vie normale, à recommencer à travailler et à reconstituer les communautés qui sont en ruines autour d’eux ».

L’ONU continue de déployer des équipes d’urgence et des opérations de secours dans les deux pays. Cependant, un appel d’un milliard de dollars pour la Türkiye est financé à moins de 17%, a-t-il déclaré, tandis qu’un appel éclair de 398 millions de dollars pour la Syrie a jusqu’à présent reçu près de 290 millions de dollars.

Leadership et générosité

M. Steiner a déclaré que l’ONU compte sur le leadership, la solidarité et la générosité des donateurs internationaux pour aider à générer un financement important pour les initiatives de relèvement, qui comprennent l’enlèvement des débris, la restauration des revenus et des moyens de subsistance et la réhabilitation des infrastructures essentielles.

« En ce moment tragique pour les peuples de Türkiye et de Syrie, votre soutien aidera à allumer les bougies qui éclaireront un moyen de sortir de cette obscurité, et ces bougies ne peuvent pas vaciller ; elles doivent éclairer la voie de la reprise », a-t-il déclaré.

Pour les Syriens, le tremblement de terre a été « semblable à l’effet de la COVID-19 infectant un corps malade affaibli par 12 ans de crise », a déclaré le Coordinateur humanitaire des Nations Unies dans le pays, El-Mostafa Benlamlih, lors de la conférence.

En plus des 500.000 Syriens actuellement déplacés, des milliers d’autres ont perdu l’accès aux services de base et aux moyens de subsistance, a-t-il rapporté. En outre, les abris, les camps et les établissements informels sont surpeuplés, la violence et les abus sont en augmentation et la menace du choléra se profile.

« Des milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, d’orphelins et de personnes vulnérables ont besoin d’un abri, de nourriture, de médicaments, de couvertures, de toilettes, d’eau, d’électricité, d’égouts, d’éducation, de services de santé et de protection », a-t-il déclaré. « Par-dessus tout, ils ont besoin de dignité, d’emplois et d’options légitimes dans la vie. S’ils n’ont pas d’options, les gens chercheront des alternatives ailleurs ».

M. Benlamlih a mis en garde contre le « business as usual », car l’aide doit sortir les Syriens de la pauvreté, réduire les vulnérabilités et briser le cycle de la dépendance à l’aide.

« Des millions d’hommes, de femmes et d’enfants en Syrie ont besoin de notre soutien », a-t-il déclaré. « Concentrons-nous sur les gens et non sur la politique. Nous avons besoin de votre soutien, nous avons besoin de fonds et nous avons besoin d’un accès ».

Entre-temps, l’ONU a signalé que dans les zones contrôlées par le gouvernement en Syrie, les partenaires humanitaires ont fourni une assistance à 324.000 personnes en février et à 170.000 personnes jusqu’à présent ce mois-ci, principalement dans les gouvernorats les plus touchés d’Alep, Hama et Lattaquié.

Des camions d’aide traversent la frontière

Chaque jour depuis le 9 février, une moyenne de 22 camions transportant de l’aide fournie par sept agences de l’ONU ont traversé la frontière entre la Türkiye et le nord-ouest de la Syrie, en utilisant les trois passages frontaliers disponibles.

« Nos collègues humanitaires mettent en garde contre le manque de ressources pour reconstituer les stocks d’urgence, le principal plan de réponse humanitaire pour la Syrie n’étant financé qu’à hauteur de 5,7 % », a déclaré le porte-parole adjoint de l’ONU, Farhan Haq, lors de la conférence de presse quotidienne au siège de l’ONU à New York.

Les partenaires humanitaires signalent que leurs stocks d’intervention d’urgence ont été épuisés, mettant les opérations en danger à moins qu’un financement urgent ne soit mis à disposition, a-t-il déclaré.

Il a ajouté que le système de santé syrien, qui était déjà débordé avant le tremblement de terre, risque également de s’effondrer dans certaines régions, privant les personnes en ayant besoin de services médicaux vitaux.

Next Post

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.