L’ONU plaide pour des solutions qui ont fait leur preuve pour mettre fin au sida d’ici à 2030

13
SHARES
114
VIEWS
© UNICEF/Francis Emorut
Un infirmier reçoit une patiente séropositive dans un centre de santé à Namayingo, en Ouganda.

« Le monde a promis de mettre fin au sida d’ici à 2030… mais nous ne sommes pas sur la bonne voie », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida.

« Aujourd’hui, nous risquons d’avoir des millions de nouvelles infections et des millions de décès supplémentaires », a-t-il ajouté, soulignant qu’il existait des « solutions pratiques éprouvées » qui peuvent aider à mettre fin au sida, comme davantage de financement pour accroître la disponibilité, la qualité et l’adéquation des services de traitement, de dépistage et de prévention du VIH.

Il a également plaidé pour « de meilleures lois, politiques et pratiques pour lutter contre la stigmatisation et l’exclusion auxquelles sont confrontées les personnes vivant avec le VIH, en particulier les populations marginalisées. « Tout le monde a besoin de respect », a observé le Secrétaire général.

Il a déclaré que les inégalités qui perpétuent la pandémie peuvent et doivent être surmontées : « Nous pouvons mettre fin au sida. Si nous traitons tout le monde de manière égale ».

Eswatini a fait des progrès importants dans la lutte contre le VIH/sida, une des principales causes de décès dans ce pays.
Photo OMS
Eswatini a fait des progrès importants dans la lutte contre le VIH/sida, une des principales causes de décès dans ce pays.

Science et solidarité

Tweet URL

Faisant écho à l’appel à l’action du chef de l’ONU, le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Csaba Kőrösi, a déclaré que la crise du sida était « mûre pour des solutions fondées sur la science, la solidarité et la durabilité ».

« Nous avons besoin de mesures urgentes pour mettre fin aux inégalités qui rendent les gens vulnérables à l’infection. Si la communauté internationale agit, 3,6 millions de nouvelles infections à VIH et 1,7 million de décès liés au sida seront évités au cours de cette décennie », a-t-il dit.

Il a appelé tous les États membres et les parties prenantes à renouveler leurs engagements politiques et financiers pour mettre fin au sida.

Un long chemin à parcourir

Plus tôt dans la semaine, Maureen Murenga, militante de la lutte contre le sida et membre du conseil d’administration d’Unitaid, a partagé un témoignage personnel pour encourager une plus grande urgence dans la lutte contre la maladie.

Se référant à un récent rapport de l’ONUSIDA qui indique que la riposte mondiale au sida est en danger, avec une augmentation des nouvelles infections et des décès dans de nombreuses régions du monde, Mme Murenga a expliqué que les adolescentes et les jeunes femmes sont toujours touchées de manière disproportionnée par le VIH.

« C’est vraiment attristant parce que lorsque j’ai été diagnostiquée séropositive il y a 20 ans, j’étais une adolescente et une jeune femme, et je pensais que 20 ans plus tard, nous raconterions une histoire différente et pas la même triste histoire », a-t-elle déclaré aux journalistes lors d’un briefing à Genève.

Mme Murenga, une ressortissante du Kenya, a été confrontée à l’hostilité et à la stigmatisation lorsqu’elle a été diagnostiquée avec le virus au début des années 2000.

Grâce à son organisation, la Fondation Lean On Me, des adolescentes et des jeunes femmes vivant avec le VIH reçoivent des soins et un soutien, mais des inégalités subsistent dans l’approche globale du traitement et de la prévention.

« Nous voyons encore beaucoup de nouvelles infections », a-t-elle déclaré. « Cela signifie que le traitement n’atteint pas tout le monde et là où il se trouve, les gens n’adhèrent pas au traitement ».

Néanmoins, des progrès ont été réalisés, en particulier dans l’identification des infections, a souligné Mme Murenga, rappelant le tourment vécu quand elle attendait son diagnostic et le fait qu’elle s’est faite tester cinq fois avant de pouvoir accepter qu’elle avait le VIH.

Absence de structures de soutien

« Quand j’ai été diagnostiquée séropositive, il y avait un retard dans l’obtention des résultats », a-t-elle déclaré. « Vous étiez testé et ensuite vous deviez attendre deux semaines pour obtenir vos résultats. C’était une période très difficile pour quelqu’un d’attendre aussi longtemps ».

Selon l’ONUSIDA, les adolescentes et les jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans sont trois fois plus susceptibles de contracter le VIH que les adolescents et les jeunes hommes en Afrique subsaharienne.

Selon une étude, le fait de permettre aux filles de rester à l’école jusqu’à la fin de leurs études secondaires « réduit leur vulnérabilité à l’infection par le VIH jusqu’à 50% ».

En 2021, Unitaid a noté que plus de 38 millions de personnes dans le monde vivaient avec le VIH, 1,5 million de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH et 650.000 personnes sont décédées de maladies liées au sida.

Malgré ces chiffres, Mme Murenga insiste sur le fait que le VIH n’est plus une « condamnation à mort ». Désormais, « les gens peuvent obtenir un diagnostic beaucoup plus rapidement », a-t-elle insisté.

Related Posts

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.