ONU Info/Laura Quinones
Un militant habillé en Pikachu manifeste à l’extérieur du site où se déroule la COP26, à Glasgow.

Le soleil a percé les nuages ​​​​au-dessus de Glasgow mercredi alors que les délégations et les participants se préparaient pour la « Journée de l’énergie » à la COP26, l’une des sessions thématiques les plus importantes prévues à la Conférence des Nations Unies sur le climat.

Venant du centre-ville dans le bus électrique spécial fourni par les organisateurs, l’équipe d’ONU Info est arrivée sur les lieux pour trouver des militants à l’extérieur exhortant les pays à mettre fin à leur dépendance au charbon, au gaz et au pétrole.

Des militants étaient déguisés en Pikachu, la mascotte de l’univers Pokémon, qui dans la série est capable de lancer des grèves d’électricité. D’autres étaient armés de panneaux dans différentes langues, allumant leurs mégaphones pour réclamer la justice climatique : « Plus d’énergies fossiles ».

Engagements sur le charbon

À l’intérieur du Scottish Event Campus, la réunion principale de la journée a commencé avec les co-organisateurs de la COP26, faisant écho aux mots du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres : « Reléguez le charbon aux oubliettes de l’histoire ».

Le Président de la conférence, Alok Sharma, a annoncé la nouvelle déclaration mondiale sur la transition vers l’énergie propre, un engagement à mettre fin aux investissements dans le charbon, à augmenter l’énergie propre, à effectuer une transition juste et à éliminer progressivement le charbon d’ici les années 2030 dans les principales économies et d’ici les années 2040 ailleurs.

L’engagement compte 77 signataires, dont 46 pays comme la Pologne, le Vietnam et le Chili, dont 23 s’engagent pour la première fois à mettre fin au charbon, a expliqué M. Sharma.

« Tout cela contribue à propulser le monde vers le net zéro. Nous savons qu’il y a plus à faire, cela dépend de nous tous, gouvernements, entreprises, institutions financières et société civile et nous devons continuer à nous appuyer sur cet élan à travers des alliances et des coalitions. Je pense que la fin du charbon est en vue. Je crois que nous arrivons à un point où nous reléguons l’électricité au charbon aux oubliettes de l’histoire », a-t-il déclaré en salle plénière.

Malheureusement, la déclaration laisse de côté les principaux financeurs du charbon, la Chine, le Japon et la République de Corée, qui s’est toutefois engagée l’année dernière à mettre fin aux financements étrangers pour la production de charbon d’ici la fin de 2021.

Pendant ce temps, la Powering Past Coal Alliance, qui vise à éliminer progressivement le charbon de manière durable et économiquement inclusive, a accueilli aujourd’hui de nouveaux membres, dont sept pays et 14 institutions financières.

Hier, les gouvernements d’Afrique du Sud, de France, d’Allemagne, du Royaume-Uni et des États-Unis, ainsi que l’Union européenne, ont annoncé un nouveau partenariat ambitieux et à long terme pour une transition énergétique juste pour soutenir les efforts de décarbonisation de l’Afrique du Sud. Le Président américain Joe Biden et la Commissaire européenne Ursula von der Leyen sont apparus virtuellement pour le présenter officiellement lors de l’événement de mercredi à la COP26.

Manifestation en faveur de l'action climatique à Glasgow, lors de la COP26.
ONU Info/Conor Lennon
Manifestation en faveur de l’action climatique à Glasgow, lors de la COP26.

‘Pas assez’

En dehors de la salle plénière, les organisations de la société civile ont réagi.

Lors de conférences de presse séparées, l’ONG allemande Urgewald et le Climate Action Network ont ​​exprimé leur désespoir face à la crise énergétique actuelle.

« Au cours des deux dernières années, nous avons assisté à une augmentation des politiques charbonnières, mais pratiquement rien de substantiel sur le pétrole et le gaz. La raison en est que les institutions financières qui veulent s’éloigner des énergies fossiles sont confrontées à un problème majeur qui est le manque d’informations », a déclaré un responsable d’Urgewald.

L’organisation de défense des droits de l’homme et de l’environnement a publié un rapport, qui affirme que 506 producteurs de pétrole et de gaz en amont prévoient d’ajouter 190 milliards de barils d’équivalent pétrole à leur portefeuille de production au cours des une à sept prochaines années.

« Au moins 96% des producteurs de gaz et de pétrole cherchent à étendre leurs actifs », a ajouté le représentant d’Urgewald. « L’industrie est sur une voie d’expansion imprudente, les formes de production les plus sales représentant 50% des nouveaux projets ».

De son côté, Jing Zhu, Directrice du programme de justice énergétique au Center for Biological Diversity aux États-Unis a déclaré que : « Nous n’avons plus le temps pour les énergies fossiles ».

« Nous avons vu le G20 aller dans la direction opposée. Entre 2018 et 2020, les pays du G20 ont engagé 188 milliards de dollars dans les énergies fossiles. C’est 2,5 fois le montant qu’ils ont mis pour les énergies renouvelables, c’est absolument atroce », a-t-elle déclaré.

Les émissions de centrales électriques au charbon contribuent à la pollution de l'air en Mongolie.
ADB/Ariel Javellana
Les émissions de centrales électriques au charbon contribuent à la pollution de l’air en Mongolie.

Un nouvel engagement

Mme Zhu, cependant, a prudemment annoncé de bonnes nouvelles lors de la conférence de presse. Un groupe de gouvernements et d’institutions de finances publiques à travers le monde, y compris aux États-Unis, dans l’Union européenne, au Canada et au Royaume-Uni, se sont engagés à mettre fin au soutien direct à un secteur des énergies fossiles « sans relâche » d’ici la fin de 2022.

L’annonce conjointe faite ce matin promet la fin du soutien direct aux projets internationaux d’énergies fossiles « sauf dans des circonstances limitées et clairement définies qui sont compatibles avec une limite de réchauffement à 1,5°C et les objectifs de l’Accord de Paris ».

« Il s’agit du premier engagement politique à éliminer également le financement du pétrole et du gaz, pas seulement le charbon. S’il est mis en œuvre, cela déplacera 18 milliards de dollars par an des énergies fossiles vers les énergies renouvelables », a expliqué Mme Zhu, également membre du Climate Action Network.

L’engagement, bien qu’historique, n’est pas suffisant, a-t-elle déclaré, demandant à la Chine, au Japon et à la République de Corée de s’y joindre également. « Nous sommes confrontés à notre dépendance aux énergies fossiles. Nous demandons instamment la fin du développement des énergies fossiles dans le monde, aux niveaux national et international ».

Répondant aux questions des journalistes, l’experte a expliqué ce que signifient les « projets d’énergies fossiles sans relâche » tout en adressant des mots durs aux dirigeants mondiaux.

« Le captage et le stockage du carbone et d’autres projets d’énergies fossiles qui ont une sorte de solution technique sont toujours autorisés. C’est très similaire aux fausses promesses de zéro net de 2050. Cela est cohérent avec le manque de leadership et de courage. Dans le même temps, si nous voulons leur donner le bénéfice du doute, il y a un engagement pour l’énergie propre, en particulier la fabrication d’énergie propre de la part de beaucoup de ces pays également. Ils considèrent les investissements nationaux comme des aubaines potentielles pour leur propre économie. Les États-Unis, par exemple, ont leurs propres plans pour exporter cette énergie renouvelable », a ajouté Mme Zhu.

Le problème de l’énergie

Damilola Ogunbiyi, Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour l’énergie durable pour tous, a également lancé un appel à l’action lors de l’événement principal de mercredi, rappelant que le secteur de l’énergie représente les 2/3 des émissions de gaz à effet de serre.

« 759 millions de personnes dans ce monde n’ont toujours pas accès à l’électricité de base, et plus de 2,6 milliards n’ont pas accès à des solutions de cuisson propres », a-t-elle souligné.

La Représentante spéciale a cité le récent rapport sur les émissions du Programme des Nations Unies pour l’environnement, qui indique que nous sommes sur la voie d’une dangereuse augmentation de la température mondiale de 2,7 degrés d’ici la fin du siècle, ce qui menacerait la vie telle que nous la connaissons.

« Nous devons repenser radicalement la façon dont nous fournissons des services énergétiques ; nous devons répondre à l’appel du Secrétaire général de l’ONU à reléguer le charbonaux oubliettes de l’histoire… Après 2021, aucune nouvelle centrale à charbon ne devrait être en projet », a exhorté Mme Ogunbiyu.

Selon le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), 423 milliards de dollars de fonds publics en moyenne sont dépensés chaque année en subventions aux énergies fossiles, et malgré les engagements internationaux, les subventions ne sont pas supprimées mais augmentent.

Ces subventions sont un obstacle majeur à la réalisation des objectifs climatiques et de développement durable car elles encouragent les investissements dans la pollution et découragent les énergies renouvelables.

« Nous manquons de temps, et nous n’avons d’autre choix que d’être décisifs et nous nous engageons à la collaboration et aux financements nécessaires pour rendre possible une transition énergétique juste, équitable et inclusive pour ceux qui ont moins contribué au changement climatique », a déclaré la Représentante spéciale.

L’élimination progressive des énergies fossiles et la taxation du carbone stimuleront la croissance et l’innovation. Des études du PNUD montrent que cette décision pourrait fournir jusqu’à 10 ans de dépenses en innovation et infrastructure vertes, ce qui apporterait de la croissance et de nouveaux emplois