Le président de la Banque africaine de développement appelle à redynamiser le développement

Le président de la Banque africaine de développement, M. Akinwumi A. Adesina, a appelé hier les pays développés du monde entier à honorer leurs engagements financiers envers les pays en développement, alors que ces derniers luttent contre les effets du changement climatique et l’impact de la pandémie de COVID-19. Il a déclaré que la COVID-19 avait plongé des millions de personnes dans la pauvreté, en particulier en Afrique.

Dr Adesina s’exprimait dans le cadre d’un panel lors de la quatrième édition du forum de Paris sur la paix, un événement organisé et porté par le président français Emmanuel Macron afin de réunir les acteurs de la gouvernance mondiale dans un espace international et ouvert pour interagir, discuter et générer des solutions concrètes aux défis actuels. Le thème du forum de cette année est « Le thème du forum de cette année est “Combler la fracture de la solidarité”.

Soulignant les besoins financiers de l’Afrique dans un contexte d’inégalité mondiale, M. Adesina a déclaré : “Nous ne cherchons que 485 milliards de dollars sur les trois prochaines années pour sortir de la crise actuelle. Dans le même temps, les pays développés disposent de milliers de milliards de dollars. Alors que les pays développés procèdent aux deuxième et troisième rappels de COVID-19, l’Afrique se bat pour que les populations aient accès à l’injection de base.” Il a souligné l’importance des 650 milliards de dollars de droits de tirage spéciaux (DTS) du Fonds monétaire international, qui, selon lui, offrent aux pays en développement, et aux nations africaines en particulier, des ressources supplémentaires pour relever les défis de la reconstruction de leurs économies suite à la pandémie de COVID-19.

L’envoyé spécial du président français pour les initiatives liées à la COVID en Afrique, l’ambassadeur Alain Le Roy, a déclaré que la France avait donné l’exemple en fournissant 20 % de ses DTS aux pays qui en ont le plus besoin, et il a encouragé les autres pays développés à suivre l’exemple français. “Les DTS devraient également être alloués aux banques multilatérales de développement telles que la Banque africaine de développement afin de soutenir la relance économique de l’Afrique”, a-t-il souligné.

Remerciant la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, d’avoir assuré la stabilité du marché au cœur d’une crise mondiale, M. Adesina a déclaré : “Les DTS sont un bon instrument pour soutenir les pays qui ont des réserves dans les banques centrales, mais ces fonds peuvent être mieux exploités par les banques multilatérales de développement, comme la Banque africaine de développement, qui est un détenteur agréé de DTS”. Nous sommes des “machines à effet de levier” et pouvons utiliser ces ressources pour obtenir bien plus. » Il a ajouté : « Ils peuvent contribuer efficacement aux besoins de développement du continent en veillant à ce que l’éducation, l’énergie, l’eau, l’agriculture et la santé croissent de manière exponentielle, et à ce que nous récupérions les 30 millions d’emplois perdus. »

Le patron de la Banque africaine de développement a déclaré qu’il était temps d’optimiser le système financier mondial et que les partenaires devaient travailler avec détermination à la redynamisation du développement en Afrique. Il a déclaré à son homologue du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, qu’il serait souhaitable que le Fonds travaille aux côtés des banques multilatérales de développement et soutienne cette redynamisation du développement. Il a expliqué que cela permettrait aux banques publiques de développement de disposer des ressources dont elles ont tant besoin pour contribuer à relancer la croissance dans les différents secteurs. Adesina a déclaré : « Cela permettra de s’assurer que les DTS ont un impact le plus efficace possible sur le terrain. Nous pourrons alors appeler les DTS “Soutien à la redynamisation du développement”, car ils ne se contenteront plus de stabiliser les banques centrales, mais raviveront, redynamiseront et stabiliseront la vie des gens. »

S’exprimant sur le même panel, le président sénégalais Macky Sall a déclaré que les DTS n’étaient qu’un outil parmi d’autres. Il a déclaré que de nombreuses économies africaines étaient déjà fragiles lorsque la crise de la COVID-19 a éclaté en 2020. Il a déclaré : « Nous avons besoin de moyens supplémentaires pour aider à l’achat de vaccins, et c’est là que les DTS sont utiles. Mais nous avons également besoin d’un “new deal” pour permettre aux gens de prendre un nouveau départ. » Cela allait dans le sens de l’appel à la redynamisation du développement lancé par le président de la Banque africaine de développement. Le président Sall a ajouté : « En Afrique, nous avons 31 millions de kilomètres carrés où nous devons bâtir nos infrastructures. Les 100 milliards de dollars par an que les pays développés ont promis aux nations en développement au titre du financement climatique, par exemple, sont une source additionnelle de financement pour nos priorités de développement. »

Abordant la question cruciale de la transition énergétique, M. Adesina a déclaré que le gaz restait important pour les économies africaines dans le cadre de leur transition énergétique. « Autant nous parlons de transition énergétique juste, autant nous devons parler de construction de systèmes énergétiques justes. » Il a souligné que l’Afrique était un continent où près de 600 millions de personnes vivaient avec un accès limité ou parfois inexistant à l’électricité, et qu’il fallait donc utiliser les sources d’énergie existantes comme le gaz naturel, qui est disponible en grande quantité sur le continent. Le président Sall a vigoureusement appuyé cette idée dans son intervention, notant que « supprimer le gaz des systèmes énergétiques africains reviendrait à tuer les économies africaines. »

M. Adesina a déclaré que si le gaz doit rester un élément important de la fourniture d’énergie en Afrique, pas moins de 83 % des financements de la Banque africaine de développement en matière de production d’énergie sont consacrés aux énergies renouvelables. L’Afrique a besoin de pouvoir accéder à l’énergie, de la payer à un prix abordable et d’en jouir en toute stabilité et sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *